Publication Content

Le corps s’en va, la voix reste Ode à mon ami Yossef-Jo Amar
Le corps s’en va, la voix reste

Ode à mon ami Yossef-Jo Amar

Voix suave, voix vibrante, voix céleste
Le corps s’en va, la voix reste

Voix suave
Aux ondulations surprenantes
Nous attendions palpitants
Les oreilles collées aux émetteurs d’ondes
Qu’elle en émane
Si rarement hélas
On était au temps des restrictions culturelles
Et des brimades

Et cette voix qui jaillit soudain
On ne sait d’où
On ne sait comment
Etait un baume sur nos cœurs meurtris
Adoucis par elle presque guéris
Voix de conciliation
Voix de réconciliation

Le corps s’en va, la voix reste

Voix vibrante
Symphonie fantastique
De cordes vocales
Accompagnant notre jeunesse
Voix traçant la voie
Du renouveau
Du retour à la source
Qui enrichissait nos aïeux

Engoués, interdits
Nous écoutions
Encore et encore
Chalom Lévén Dodi
Piyout enchanteur
Il fit avec Ysmah Moché
Notre bonheur

Le corps s’en va, la voix reste

Voix céleste
Don des Anges
A un nouveau David
Chantant comme lui
En Psaumes exaltés
Comme les Lévites
Entonnant leurs Alléluias
Sur l’estrade de l’Autel Sacré

Voix miraculeuse
Qui surgit soudain
Avec ses trémolos limpides
Chansons sacrées filtrées
Dans un alambic
Les distillant dans nos cœurs
Avides de musique

Le corps s’en va, la voix reste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>