Theological Conceptions of Existence among Moroccan Jews Based on the Writings of Rabbi Yaacov Avi Hatsira

Mind and Soul
Jewish Thinking in Morocco

Marc Eliany © All Rights Reserved

Theological Conceptions of Existence among Moroccan Jews Based on the Writings of Rabbi Yaacov Avi Hatsira

Marc Eliany © All Rights Reserved

Rabbi Avi Hatsira Yaacov lived in Tafilalet, Morocco, 1808-1880. Tafilalet is located in the Ziz Valley, at the foothill of the southern Atlas. The climate is subtropical on mountaintops but subSaharian in the valley below. Allaouites controlled the area and used it as a base to take control of Morocco. Mohamed VI, the king of Morocco, is a descendent of the Allaouites.

Vestiges of an Ancient Jewish Kingdom

The Jews of Tafilalet are believed to be descendents of an ancient Jewish kingdom that existed in the Touat region. Most Touat Jews settled in Sigil Massa upon the fall of their kingdom. Some of them settled in small villages spreading from Midalt in the north to Souss in the south, from Marrakech in the west to Zagura in the east. Many of the descendents of the ancient Jewish kingdom that existed in the Touat region converted to Islam. It is believed that Ait Mussa and Ait Israel, among other tribes in the region, are of Hebrew origin.

Toshavim and Megorashim – Mutual Influence

The influx of the Spanish and Portuguese Jewry (1492-1497) had limited impact on Jews in the Touat region. Relatively few Spanish and Portuguese Jewish refugees settled in the Touat region. Refugees who did settle in this region were totally absorbed within the ancient local population and had little influence on it. The world of concepts of local Jewish inhabitants draws from ancient Hebrew traditions that were kept almost intact. They differed in their writing style and in their preference of cabbalistic traditions over rational interpretations and their use of Gimetria and Notrikon. They also preferred a mystical and humble life style, with emphasis on fulfilment of the mitzvoth based on halakha, midrash and ethics (written and oral traditions).

Cabbala and Ethics

Torah is perceived in cabbalistic terms as a reflection of the divine in its content and form. Therefore much effort is spent to discover divine intents in content and form. Learning overt meanings of Torah did not satisfy old inhabitants. In order to reach higher levels of understanding of divine intentions, in depth research into hidden meanings is required. Cabbalist are expected to be truly devoted (avodat emet) to understanding the underlying intent of divine intention (kavana)as conveyed in overt writings such as Torah (Avi Hatsira Yaacov, Maagale Tsedek).

Learning according to cabbalists requires withdrawal as well as devotion (prishut vehitkadshut). According to Avi Hatsira Yaacov, such practices are not limited to exclusive elites or reclusive learned: ‘do not think that learning is in heaven or beyond the sea… it is at everyone’s reach when one devotes oneself to learning.’ (Avi Hatsira Yaacov, Ginze Hamelekh).

Avi Hatsira Yaacov conveyed that divine understanding is a mystical transmition from generation to generation; it is a matter of belief rather than rational derivation. Avi Hatsira distinguished clearly between belief and rational systems. Subsequently, some of the followers of Avi Hatsira Yaacov took it as criticism of the rational thinking in North Africa (i.e., ‘many of our children who learnt French tend to dismiss their learned fathers…’ in Abraham Hamu, Lidrosh Elohim, tav,resh,lamed, tet, Livorno).

Concepts of Divinity

Divinity derives its notion in the divine wish (she zehu retsono shel hakadosh barukh hu). It is a theological concept that is completely divorced of any rules of nature or rational thinking. All derivations are therefore a matter of practical interpretation to facilitate understanding.

The essence of this conception is contained in the will of god who is the source of every thing. The divine created all matters (kle kibul) by wish, for example: man, light and all the world of genesis. Matter contains holiness (atsilut) too. Material creation occurred first, spiritual creation followed. Human beings are a product of both matter and divinity. They are the only force able to overcome evil and understand divine light. Learning Torah is the way to overcome evil and understand divine intentions. Human beings in general and the People of Israel, specifically, were given the duty to complete the creation by seeking deeper understanding, that is through learning the underlying meaning of divine intentions as well as through a constant expression of humility by the practice of good deeds (mitzvoth) and prayers. Good deeds and prayers are the tools by which the material world (broken vessels) is repaired (tikun). Coupling (zivug) a man and a woman symbolizes the process of reparation (tikun) ‘for the ultimate coupling occurs when Israel fulfils the will of the creator’ (hazivug hashalem vehameule hu sheisrael ossim retsono shel hamakom). In other words, a complete reparation occurs when the created becomes one with the divine. This notion is identical to the Vedanta. There are different levels of reparation; oneness is a matter of degree, like parents and children, Jacob and Leah, Jacob and Rachel and Moses and the Divine at Mount Sinai.

The Role of Man in Creation

Human beings are the crowns of creation because they play part in it by enhancing harmony between the parts that make the whole. When human beings fulfil their divine role, i.e., contribute to the completion of creation, they become one with the Creator. In this sense, they are the envy of angels who are god’s servants rather than pro-active actor who have the choice to participate in the completion of creation. Angels are but messengers of the Creator while human beings are born in the image of their primal Creator.

The Concept of Evil

Human beings are subject to a continuous struggle to overcome evil forces, which persist in their intention to corrupt humanity. Evil forces are like basic elements in an elastic model in physics (klipot). Evil forces win often. But when Israel follows the precepts of the Torah they can overcome the corrupting forces of evil.

Just people suffer for two reasons:
a. The Creator deprives them of material pleasures in order to hasten their hold on the world of divinity; the just pays for his few mistakes in this world in order to gain a complete foothold on divinity. Unjust people are paid in advance for their good deeds because they do not merit a place in the world of divinity; and
b. Just people forgo pleasures on earth in order to accomplish not only personal but cosmic salvation. This is the thinking that underlies self-sacrifice, for example: ten just people sacrifice themselves to save the world from destruction in every generation (ten martyrs or assara haruge mlkhut).

Exile

Israel brought upon itself exile because it did not follow the Torah precepts. Rather than becoming closer to the divine they wandered away from the holy. Israel in exile is like the dispersion of the parts when chaos reigned in the world. Israel must follow the precepts to bring about reparation (tikun). Redemption is therefore a parallel and incremental process: in Avi Hatsira’s view of the world the People of Israel must reassemble in the Land of Israel, rebuild Jerusalem and then sanctify itself by enhancing harmony between the cosmic parts in the world. Avi Hatsira does not make in his conception of the world for a redeemer (messiah) or an apocalyptic end of the world.

The Role of the People of Israel\

The people of Israel are a corner stone to redemption due to merit. Israel came to see the light like Abraham in a world of idolatry. Like Moses, Israel sought justice when oppressed. The Children of Israel also took the time to sanctify themselves in the desert and they learnt the precepts of the Torah before setting foot in the Holy Land of Israel. Like the just, their sins are few and they pay for them in this world to facilitate their rise to heaven in a state of holiness.

The Soul (nefesh)

Tension perpetuates material and spiritual existence. Giving in to material drives takes one away from the purpose of creation while pairing spiritual existence with the material body enhances cosmic harmony. The ultimate in existence is personal harmony, which is reconciliation between the material and spiritual constituents within us.

There are different levels of spirituality. Few people achieve the highest level, i.e., the level attained by Moses. No one is born with spiritual wholeness but the capacity to achieve the highest level of existence, i.e., oneness with the divine, rests within all.

Morality

Arrogance is the source of all wrongdoing. Modesty is the source of all qualities. Modesty is the corner stone for internal reconciliation as well as cosmic harmony and thus the key instrument to attain oneness with divinity.

Arrogance is associated with pursuit of material wealth, increased internal tensions and distance of the self from spirituality. It leads to corruption, social inequities and injustice.

Repentance is the essence of Avi Hatsira’s morale doctrine. It allows reconciliation between conflicting parts. It brings back the individual to the sources of divinity. It implies abstinence from excess material pleasures and striving for divine understanding through learning. This is the reason Torah is defined as the essence of charity (Torat hesed). Learning for sake of learning is associated with arrogance. It is also corrupting. Learning should aim to seek divine understanding and that brings internal and external harmony. The function of the Torah is like providing human beings with a key to the treasure chest given by a Lord to his servant.

Repentance due to fear of punishment of any sort is worthless. For repentance to bring about redemption, it must be derived from an understanding that links one to creation and to the Creator. It is a state of selflessness in which one fuses with the divine.

Rabbi Yaacov Avi Hatsira did not preach. He lived his vision of morality and divinity. He earned the respect of his fellow community members because of his good deeds and his humble style of life. He was a role model to many students in southern Morocco. Avi hatsira’s students and followers did not seek recognition for their good deeds. They strived to achieve heavenly existence on earth and thereby uplift the whole world with them.

 

The ‘Inhabitants’ versus ‘Expelled’ Controversy

Between Lisbon and Marakesh:
The ‘Inhabitants’ versus ‘Expelled’ Controversy
Or the case for oral history in education

Marc Eliany � All Rights Reserved

Abstract
A rift between Spanish-Portuguese Jewish refugees and the old Jewish ‘inhabitants’ of Morocco in relation to ritual slaughters practices has been used to suggest that the two populations did not mix. However, a massive flow of Jewish refugees from Spain and Portugal into Morocco and their assimilation into the ‘inhabitants’ population, with some exceptions, lend credence to the argument that the rift has been exaggerated and that the assimilation has been downplayed.

Historical background

It is quite well established that the origins of the Iberian Jewry was in North Africa and that people went back and forth between the Iberian Peninsula and North Africa. Most celebrated is HaRambam’s travel to Fez to further his education, after studying with Rabbis of Moroccan origin in Spain (Hirschberg, 1965).

There are also occasional references to Morocco and North Africa as centers of refuge for the Spanish-Portuguese Jewry after the 1492 expulsion from Spain and the 1497 forced and massive conversion in Portugal (Hirschberg, 1965, Chouraqui, 1985, Zafrani 1983).

Occasionally, a rift between Spanish-Portuguese Jewish refugees and the old Jewish ‘inhabitants’ of Morocco in relation to ritual slaughtering practices has been used to indicate that the two populations did not mix. This, I would say, was a research bias due to excessive reliance on rabbinic documentation that reported the rift above and the lack of other empirical observations of everyday life in Morocco.

A good review of historical facts does point to a massive on land flow of Jewish refugees from Spain into Portugal around 1492 mainly due to lack of sufficient maritime means of transportation, impoverishment (and abuse) of the Jewish population around the time of the decree of expulsion, limiting the ability to buy a way out, in addition to constraints on massive immigration to neighboring countries, including North Africa (Hirschberg, 1965, Chouraqui, 1985, Zafrani 1983).

Similar circumstances limited the ability of Jews to leave Portugal in 1497, leading to their massive conversion and the establishment of a significant New Christian population in Portugal.

But life was not easy for the New Christians in Iberia and many sought refuge elsewhere. The tales of Spanish-Portuguese Jewish centers in places such as Amsterdam, Livorno, Sarajevo and Kushta to mention only a few, are well known. But less known is the tale of the massive immigration of Spanish-Portuguese Jews to Morocco.

Many Spanish-Portuguese Jews found refuge in Morocco for the following reasons:
1. Morocco was close and relatively easy to reach by sea at a modest cost;
2. Local Jews assisted their friends and relatives to settle in Morocco;
3. Internal conditions led Arab leaders to sponsor Spanish-Portuguese Jews to settle across the land including remote Southern areas;
4. Spanish-Portuguese New Christians used Spanish and Portuguese ports on Moroccan land, i.e., Mogador, to establish contacts with the so-called Jewish ‘inhabitants’ of Morocco and settle amongst them;
5. After settling in Morocco, Spanish-Portuguese New Christians returned to
Judaism and assisted their relations to leave Iberia in order to settle in Morocco (Roth 1932, Hirschberg, 1965, Chouraqui, 1985, Zafrani 1983, Fernandes 1980).

The case for assimilation

The question that remains is what happened to all the Spanish-Portuguese New Christians who settled in Morocco. Contrary to widely held opinions, I suggest that most assimilated in the local Jewish population and only a minority kept a distinct identity. The following case study provides some evidence.

According to established oral traditions, Cohanim played an important role in the development of trade and commerce in and around Marrakech since a very ancient time. Leading Cohanim families, among others, participated in the Moors’ conquest of Spain and settled there. But family and commercial ties were maintained overtime, even during turbulent times.

Around the time of the expulsion from Spain and following the forced conversion of the Portuguese Jewry, Arab and Berber leaders sought skilled Jewish refugees to fortify Southern Morocco after a period of decline.

According to the same oral sources (1), several families of Cohanim adopted distinct New Christians names such as DeJesus and DeDieu. The Khesus (read Jesus) family, for example, had expertise in silver and gold embroidery and worked for the Glaoui family (governor of Marrakech and Southern Morocco around the independence of Morocco) from generation to generation and could trace their background to one of the New Christian families who were Cohanim before the conversion.

According to the same sources (1), the families could not re-adopt the Cohen status and name because of the ‘conversion sin.’ Some families maintained the ‘Khesus’ and ‘Dadia’ (3) names (Arabic distortions of Jesus and DeDieu) to remember the conversion disaster. Other families adopted Hebrew names such as ‘Ben Zikhri’ or ‘Ben Shoshan’ to denote their Cohanim ancestry.

It is interesting to note that most of the families above, with the exception of one (Ben Shoshan) (3) did no longer speak Spanish or Portuguese and one could not distinguish them from local Jewish ‘inhabitants.’ Among their elders, vestiges of memories were held that relatives lived ‘across the sea’ (read in Portugal, Spain, Cape Verde and Manchester) but their mention was taboo, probably because the foreign branches lived as Christians (i.e., Corcos and BenSaud as Protestants in Manchester and elsewhere in England as well as DeJesus as Catholics in Lisbon and Cape Verde) (4).

Members of some of the families above were known to live as Jews in Morocco but maintained a Christian lifestyle elsewhere until recent years. In one case, a relative of the Khesus of Marrakech, who lived as a Jew and Cohen in Mogador and who maintained commercial ties with the DeJesus of Lisbon, married in the early 1900′s a woman of DeJesus family. This Cohen-Dejesus family settled later in Cape Verde and some of its descendents live in Lisbon, Portugal as well as Ottawa, Canada. Most members of these families remember their origins but live a secular lifestyle, wearing Jewish symbols such as the Star of David discreetly.

Empirical observations and fiction

My play ‘Rezadeira’ is a fictional creation based on historical readings as well as first hand anthropological research (Da Silva and Benaim-Ouaknine 1996), including interviews with some of the family members mentioned above. In the citation below, taken from the play ‘Rezadeira,’ a young man arrives to Belmont�, in Northern Portugal in search of the DeJesus family and asks a passer-by: where are the Jews? An old woman, who denies she was Jewish, retired into her basement, lights a candle and begins a monologue/confession. The reply of the choir is an adaptation of a New Christians prayer chanted during secret ritual (Eliany 1992):

“Adonay,
“Where are the Jews?”
asks this stranger.

And still some reply
” I am a Jew,”
as if nothing had happened,
as if all had been forgotten.

Forgive me, Lord, if I have said:
“No, we are not Jews!”

Forgive me
if I recited “Our Father in Heaven”
if I ate impure beasts
if I attended mass
if I crossed myself.

Forgive me
For telling my brother
to reject everything.

You know
that he is a nobody, and
that he value not his life
since You have forsaken us and abandoned us
to the Princes that only cherish earthly belongings.

Choral

Those that seek
only earthly belongings
know not
that what they own
does not belong to them.

Those that seek
only earthly belongings
forgot their duty
to widows and orphans.

Those that seek
only earthly belongings
sold us as slaves
throughout four corners of the world.

Those that seek
only earthly belongings
are nothing
without good deeds.

Rezadeira continues her monologue

Adonay, G-d of the universe,
knower of all things

You know
that we follow Your path
even if we are lost;
You know
that in our heart we remain still Jews,
even if some of us
have forgotten it,
the others remind us daily.

(For The full version of the play, Please see Rezadeira, Eliany 1992).
Conclusion

In depth research and systematic documentation of Jewish life in Morocco improved in recent years but there is little doubt that the area remains a virgin land, full of blind spots and unknowns. This paper is an illustration how the rift between Spanish-Portuguese Jewish refugees and the old Jewish ‘inhabitants’ of Morocco in relation to ritual slaughtering practices has been used to convey that the two populations did not mix.

However, our case studies do indicate that Jewish refugees from Spain and Portugal in Morocco assimilated into the ‘inhabitants’ population to a point that only vague recollections of the distant past in Iberia remained alive, with few exceptions, lending credence to the argument that the rift has been exaggerated and that the assimilation has been downplayed.

Finally, the play Rezadeira, is a fictional testimony conveying a reality, which however distant, does provide an indication that most Spanish/Portuguese refugees who settled in Morocco assimilated into the ‘inhabitant’ Jewish population and hardly remembered their passage through Iberia, with some noted exception.
Sources and notes:
Chouraki, Andre 1985 Histoire des Juifs en Afrique du Nord, Hachette
Da Silva A. and Benaim-Ouaknine E. 1996 La Memoire au Feminin, Editions Images, Montreal
Eliany, M. 1992 Rezadeira, www.virtualpublications.ca and www.artengine.ca/eliany/
Fernandez, L. S. 1980 Judios Espanles en la Edad Media, Ediciones Rialp, Madrid. (Gallimard, 1983 in French)
Hirschberg, H.Z. 1965 A history of the Jews in North Africa From Antiquity to our Time, Bialik Institute, Jerusalem (Hebrew)
Roth C. 1932 A History of the Marranos, Irene Roth (Liana Levi 1992, 2nd Edition)
Zafrani Haim, 1983 Mille Ans de Vie Juive au Maroc, Histoire et Culture, Religion et Magie, G.P. Maisonneuve et Larose, Paris

Interviews
1. Esther Eliany, formely Khesus, interviews in Kiriat Shemona, Israel, recalling oral traditions in Marakesh.
2. Yehuda Dadia (Gur Arieh), interviews in Beth Shean, Israel, recalling oral traditions in Marakesh.
3. David Shoshan, interviews in Casablanca, recalling family relations and oral traditions in Beni Melal, Morocco.
4. Daniel and Theresa DeJesus, interviews in Ottawa, Canada, recalling family relations in Portugal and Cape Verde.

Notes
Translation to Spanish and Portuguese, performances and lectures will be most welcome.
Please communicate with Marc Eliany at: virtualpublications@hotmail.com

Synthesis and Simplification in Rabbinical Thinking in North Africa according to Rabbi Isaac Alfasi

Mind and Soul
Jewish Thinking in Morocco

Marc Eliany (c) All Rights Reserved

Synthesis and Simplification in Rabbinical Thinking in North Africa according to Rabbi Isaac Alfasi

Marc Eliany © All Rights Reserved

Rabbi Isaac Alfasi
Kala Hamad, Algeria, 1013-1103
Rabbi Isaac Alfasi, known also as Harif, is the author of ‘Sefer Hahalacot,’ a synthesis of the Talmud. He was the first review the Talmud in its entirety in order to write a simplified and orderly summary.

Harif was born in the small village of Kala’ Hamad in contemporary Algeria to Jacob Cohen. He studied in Kirouan with two leading Rabbis, Rabenu Nissim and Rabenu Hananel, among the last to study in Jewish centers of learning in Babylon.

Researchers who often emphasized the lack of information on North African Jewry tend to neglect that following the death of Rav Hay, the last of the Rabbis known as Geonim, Babylon declined as a center of learning while other Academies rose to prominence. Rabenu Nissim and Rabenu Hananel brought Babylonian learning traditions to Kirouan, turning it into an important center of learning in North Africa.

Harif moved to Fez as soon as he earned his rabbinical accreditation and served there as rabbi, judge and teacher for at least forty years. It was a time when the Talmud was known only by the learned and even so, it was too complex to follow. Simplified interpretations such as Rashi’s came much later. Therefore, Harif undertook a comprehensive review of the Talmud to produce a simplified code following legal principles (Halacot). His work gained him reputation throughout the Jewish World then and remains relevant in our own days. Some also argue that Harif’s work paved the way to Harambam’s Code (Mishneh Torah).

Harif left Fez in difficult circumstances. It appears that he issued a judgment that favored a humble community member in a case against a community leader who abused his power as advisor to the king. As the said community leader rejected Harif’s ruling and tried to harm him, the rabbi and judge escaped to Cordoba in Spain, spent a few months there, then assumed the function of chief rabbi of Lucena, where he established a new center of learning. Harif taught Baruc Albaliah, Yehuda Halevy and Yossef Ben Meir Migash in Lucena.

Harambam, among other leading rabbinic authorities, had great respect for Harif. Some equaled him to Rav Hay, the last of the Babylonian Geonim. Harambam instructed his students to study Harif’s ‘Sefer Hahalacot’ and said about it that ‘it equals the sum of all the contributions to the Talmud!’

Rabbi Isaac Alfasi
Kala Hamad, Algeria, 1013-1103

Rabbi Isaac Alfasi, known also as Harif, is the author of ‘Sefer Hahalacot,’ a synthesis of the Talmud. He was the first review the Talmud in its entirety in order to write a simplified and orderly summary.

Harif was born in the small village of Kala’ Hamad in contemporary Algeria to Jacob Cohen. He studied in Kirouan with two leading Rabbis, Rabenu Nissim and Rabenu Hananel, among the last to study in Jewish centers of learning in Babylon.

Researchers who often emphasized the lack of information on North African Jewry tend to neglect that following the death of Rav Hay, the last of the Rabbis known as Geonim, Babylon declined as a center of learning while other Academies rose to prominence. Rabenu Nissim and Rabenu Hananel brought Babylonian learning traditions to Kirouan, turning it into an important center of learning in North Africa.

Harif moved to Fez as soon as he earned his rabbinical accreditation and served there as rabbi, judge and teacher for at least forty years. It was a time when the Talmud was known only by the learned and even so, it was too complex to follow. Simplified interpretations such as Rashi’s came much later. Therefore, Harif undertook a comprehensive review of the Talmud to produce a simplified code following legal principles (Halacot). His work gained him reputation throughout the Jewish World then and remains relevant in our own days. Some also argue that Harif’s work paved the way to Harambam’s Code (Shoulcan Aruc).

Harif left Fez in difficult circumstances. It appears that he issued a judgment that favored a humble community member in a case against a community leader who abused his power as advisor to the king. As the said community leader rejected Harif’s ruling and tried to harm him, the rabbi and judge escaped to Cordoba in Spain, spent a few months there, then assumed the function of chief rabbi of Lucena, where he established a new center of learning. Harif taught Baruc Albaliah, Yehuda Halevy and Yossef Ben Meir Migash in Lucena.

Harambam, among other leading rabbinic authorities, had great respect for Harif. Some equaled him to Rav Hay, the last of the Babylonian Geonim. Harambam instructed his students to study Harif’s ‘Sefer Hahalacot’ and said about it that ‘it equals the sum of all the contributions to the Talmud!’favored a humble community member in a case against a community leader who abused his power as advisor to the king. As the said community leader rejected Harif’s ruling and tried to harm him, the rabbi and judge escaped to Cordoba in Spain, spent a few months there, then assumed the function of chief rabbi of Lucena, where he established a new center of learning. Harif taught Baruc Albaliah, Yehuda Halevy and Yossef Ben Meir Migash in Lucena.Harambam, among other leading rabbinic authorities, had great respect for Harif. Some equaled him to Rav Hay, the last of the Babylonian Geonim. Harambam instructed his students to study Harif’s ‘Sefer Hahalacot’ and said about it that ‘it

Leaders – (Q)

QU�RIDO David (Diogo Dias) (XVIIes.). Marrane d�origine portugaise (Porto). Navigateur et marchand, il v�cut au Br�sil et commer�a sur la c�te Ouest de l�Afrique. De retour en Hollande, il revint au juda�sme et joua un r�le important dans le commerce de la ville d�Amsterdam, investissant dans la Compagnie des Indes Orientales. Il est le fondateur de B�t Yah�acov, la premi�re Congr�gation juive d�Amsterdam.

QU�RIDO Yah�acov (1650-1690). Originaire de Gr�ce. Disciple de Chab�tta� Tsvi, il se convertit � l�Islam et fonda avec d�autres disciples la secte des Donmeh. Il fit un p�lerinage � la Mecque et mourut en �gypte. Ses disciples, les Jacobites, lui attribu�rent des caract�res divins.

Leaders – (A)

ABBOU Isaac D. 1896-1961, originaire du Maroc. Dirigeant communautaire, il fut pr�sident de la communaut� juive de Casablanca. Il est l�auteur d�un ouvrage intitul� Musulmans andalous et jud�o-espagnols.

AB�CASSIS M�nahem (XIXes.).Originaire du Maroc (Tanger). Fils de Messod Ab�cassis. Dirigeant de la communaut� juive de Tanger, il fut interpr�te aupr�s du Consulat des �tats-Unis.

AB�CASSIS Messod (XIXes.). Originaire du Maroc (Tanger). Pr�sident de la communaut� juive de Tanger et interpr�te aupr�s du Consulat des �tats-Unis, il contribua au d�veloppement de l�enseignement dans sa ville natale.

AB�CASSIS Salomon (XIXes.). Originaire du Maroc, install� � Londres. Dirigeant de la com-munaut� s�pharade de cette ville, il fut membre du Conseil de la Communaut� juive pendant plusieurs ann�es.

ABEHSERA Charles (XXes.). Originaire du Maroc (Mekn�s), install� � Paris. Industriel du textile, il est propri�taire de la marque de pr�t-�-porter�

f�minin Morgan.

AB�HS�RA Aaron (XXes.). Originaire du Maroc (Erfoud), install� en Isra�l. Homme politique, d�put�, il fut ministre dans l�un des gouvernements du Likoud (Parti nationa-liste).

ABENA�S Ch�lomo (Alvaro Mend�s) (1520?-1603). Marrane originaire du Portugal (Tavira). Install� � Istanbul, il revint au juda�sme. Diplomate et homme d�affaires international, il rempla�a Yossef Nasi � la cour du sultan. Partisan du d�veloppement d�une autonomie juive en Palestine, notamment � Tib�riade, il contribua � am�liorer les relations entre les Ottomans avec la France, l�Angleterre et le Portugal. Nomm� chevalier par la reine d�Angleterre, il re�ut du sultan le titre de duc de Mytil�ne.

ABENDANA Itshak Sardo (1622?-1709). Originaire des Pays-Bas. Diamantaire et joail-lier r�put�, il s�installa aux Indes puis � Londres.

Abensour Isaac (1861-1927). Originaire du Maroc (Tanger). Banquier, commer�ant et dirigeant communautaire, il fut pr�sident de la communaut� juive de Tanger de 1903 � 1932. Il a �t� l�un des fondateurs de la Commission d�hygi�ne. Il occupa la fonction de Consul honoraire d�Autriche et de d�l�gu� de l�Angleterre � l�Assembl�e l�gislative � Tanger.

ABERGEL Jacques (1935-). Originaire du Maroc (El Jadida), install� � Paris. Dipl�m� en droit, il fut haut-fonctionnaire au minist�re des Finances avant de s�installer � Paris. Directeur de la station radio Europe I, il est aussi propri�taire de Tribune Juive.

ABOU Ch�mou�l (XIXes.). Originaire d�Alg�rie, il s��tablit � Safed o� il participa � la reconstruction de la ville. Nomm� Consul de France en Galil�e, il assura la protection du tombeau de Rabbi M�ir Ba�al Haness, qu�il aida � reconstruire.

ABOUDARHAM Moch� (Elt�touani) (XVIIIes.). Originaire du Maroc. Commer�ant, il fut nomm� marchand du sultan au moment de la construction du port de Mogador par le sultan Sidi Moulay Abdallah.

ABOUISSA AL-ISFAHANI Ovadiah (VIIIes.). Originaire d�Iran. Fondateur de la premi�re secte juive � �merger sous l�Islam. Il n�affirmait pas �tre le Messie mais le dernier des messa-gers pr�curseurs du Messie.

ABOUL HASSAN Y�houdah Ibn Ezra (XIe-XIIes.). Originaire d�Espagne. Il fut un haut dignitaire � la Cour d�Alphonse VII.

ABOULKER Henri (1876-1957). Originaire d�Alg�rie. Pr�sident du Comit� Juif d��tudes Sociales, il participa � la R�sistance alg�rienne contre le gouvernement de Vichy et contribua � faire recouvrer aux Juifs d�Alg�rie leur citoyennet� fran�aise.

ABOULKER Jos� (1919-). Originaire d�Alg�rie. Fils de Henri Aboulker. Membre de la R�sistance en Alg�rie, il fut l�un des dirigeants de l�insurrection de 1942 � Alger.

ABOUZAGLO Ch�lomo (XIXes.). Originaire de Palestine. �ducateur et militant sioniste, il enseigna dans les �coles de l�Alliance Isra�lite Universelle � Ha�fa et au Moyen-Orient. Il est l�un des fondateurs d�une section s�pharade de la Histadrout � Ha�fa.

ABRAHAM de SARAGOSSE (IXes.). Originaire d�Espagne. Commer�ant en relation avec les Francs, il s�installa dans leur royaume.

ABRAHAM ELBARCHILON (XIIIes.). Originaire d�Espagne. Collecteur d�imp�ts du roi Sanche IV de Castille.

ABRAHAM le Victorieux (XVes.). Originaire d�Alg�rie. Dirigeant communautaire, il permit � des r�fugi�s expuls�s d�Espagne de s�installer � Tlemcen.

ABRAHAM Mony (XXes.). Originaire d�Argentine. Dirigeant communautaire et sioniste, il joua un r�le important dans l�immigration argentine vers Isra�l.

ABRAHAM Y�hezkiel (1958-). Originaire d�Isra�l (Tel Aviv), de famille irakienne. �conomiste et homme politique, membre du Mapa� (Parti travailliste), il est d�put� � la K�n�sset (Parlement).

ABRAHAMINI Joseph (XVIIes.). Originaire d�Italie. Accus� de meurtre rituel � V�rone, il fut rel�ch� � la suite de la plaidoirie d�un avocat qui �tablit la preuve � l�effet que cet acte est interdit dans le juda�sme.

ABRAHAO Coje (XVIes.). Originaire du Portugal. Diplomate, il contribua au d�veloppement des colonies portugaises dans les Indes et assuma des missions diplomatiques importantes dans la r�gion. Il signa un trait� de paix avec le Shah de Perse au nom du roi du Portugal.

ABRAVANEL Benvenida (XVIes.). Originaire d�Espagne. Belle-fille de Don Itshak Abravanel. Femme d�affaires et philanthrope, elle se servit de sa fortune pour faire lib�rer des prisonniers juifs. Elle aurait �t� la pr�ceptrice de la fille du Vice-roi de Naples.

ABRAVANEL Ch�mou�l (1473-1551). Originaire du Portugal (Lisbonne). Fils de Don Itshak Abravanel. R�fugi� � Naples, il fut le financier de Don P�dro, Vice-roi de Naples.

ABRAVANEL David (Manuel Martinez) (XVIIes.). Originaire d�Espagne de famille marrane. Tr�sorier royal d�Andalousie, il fut soup�onn� de juda�ser par l�Inquisition. Emprisonn�, il r�ussit � s�enfuir � Bordeaux puis � Amsterdam o� il revint au juda�sme. N�gociant � Londres, il commer�a avec le Br�sil et occupa le poste de dirigeant de la premi�re synagogue s�pharade dans ce pays.

ABRAVANEL L�vy (XIXes.). Originaire du Maroc. Descendant de Don Itshak Abravanel. Riche commer�ant de Marrakech, il fut ex�cut� par le sultan Moulay Abderrahman, jaloux de son pouvoir dans la communaut� et ce, sous pr�texte qu�il complotait contre lui.

ABRAVANEL Y�houdah (XIIIes.). Originaire d�Espagne. Fondateur de la c�l�bre famille des Abravanel. Il fut tr�sorier et collecteur des douanes de Ferdinand IV, roi de Castille.

ABRAVANEL Y�houdah (XIXes.). Originaire du Maroc. Fils de L�vy Abravanel. Commer�ant, il subit le m�me sort que son p�re et succomba � des tortures.

ACHK�NAZI Ch�lomo (1520?-1602). Originaire d�Espagne. Diplomate r�fugi� en Turquie, il joua un r�le politique important dans les relations avec la R�publique de Venise.

ACHRIQUI Mord�kha� (XVIIIes.). Originaire du Maroc. Conseiller de Sidi Moulay Abdallah, sultan du Maroc.

ACRICH David L. (XIXes.). Originaire du Moyen-Orient. Dirigeant communautaire, il offrit le premier �difice qui abrita la communaut� et la synagogue � Panama.

AFFLELOU Alain (XXes.). Originaire d�Alg�rie (Sidi-Bel-Abb�s), install� en France. Homme d�affaires, il a d�velopp� une cha�ne de magasins sp�cialis�s en optique.

AFLALO Joseph (1939-). Originaire du Maroc (F�s). Dipl�m� en Droit et en Sciences politiques, inspecteur des Finances et directeur du cabinet du ministre du Tourisme, il fut l�un des fondateurs du mouvement Identit� et Dialogue. Il se d�dia � la r�conciliation entre Juifs et Musulmans et � la r�solution pacifique du conflit au Moyen-Orient.

AGUIAR Isabel Ribeira de (XVIIes.). Originaire du Br�sil. Accus�e de juda�ser, elle fut d�port�e � Lisbonne pour son proc�s et emprisonn�e pendant pr�s d�un an.

AGUILERA Y ROCHE T�r�sa (XVIIes.). Originaire d�Espagne. �pouse du gouverneur du Nouveau-Mexique. Accus�e de juda�ser, elle fut d�port�e en Espagne.

AGUILO Isabelle (XVIIes.). Originaire d�Espagne. Accus�e de juda�ser, elle fut condamn�e par l�Inquisition.

AJIMAN Y�chaia (XVIIIe-XIXes.). Originaire de Turquie (Constantinople). Dirigeant communautaire, il fonda une maison d�accueil � Jaffa pour h�berger les immigrants juifs se rendant � J�rusalem.

ALACHKAR Ch�lomo (XVIes.). Originaire d�Espagne. Dirigeant de la communaut� juive �gyptienne et philanthrope, il subventionna un r�seau de y�chivot et contribua � la publication du Choulhan H�aroukh (La Table dress�e), le code principal du juda�sme r�dig� par Rabbi Yossef Caro.

ALAGIA Giacomo (1876-1947). Originaire d�Italie. Soldat de carri�re, il occupa le poste de major g�n�ral dans l�arm�e.

ALATRI Samuel (1805-1889). Originaire d�Italie (Rome). Politicien et dirigeant communautaire, il d�veloppa les institutions �ducatives juives.

ALBA Nissim (Miki) (XXes.). Originaire de Mac�doine. R�sistant contre l�occupant bulgare pendant la Seconde Guerre mondiale, il atteignit le rang de colonel et re�ut la M�daille des Partisans en 1941.

ALBAHARI Nissim (XXes.). Originaire de Bosnie. R�sistant pendant la Seconde Guerre mondiale, il fut proclam� h�ros national de Yougoslavie.

ALBALA David (1886-1942). Originaire de Serbie. M�decin militaire et dirigeant communautaire sioniste, il repr�senta le gouvernement serbe aux �tats-Unis afin de recueillir des fonds et obtenir le soutien des communaut�s juives en faveur de la Serbie � la Conf�rence de paix � Versailles. Pr�sident de la Communaut� s�pharade de Belgrade et proche de la famille royale, il fut de nouveau envoy� en mission aux �tats-Unis � la veille de la Seconde Guerre mondiale.

ALBOU Roger (XXes.). Originaire d�Alg�rie. Membre de la R�sistance alg�rienne, il lutta contre le gouvernement de Vichy.

ALBUQUERQUE Jacob Franco (XVIIes.). Originaire d�Espagne. Manufacturier, il s�ins-talla en Alg�rie puis � Livourne (Italie) o� il d�veloppa le filage de la laine.

ALCALA� Salomon (1878-1929). Originaire de Serbie. Pr�sident de la communaut� s�pharade de Belgrade, il fut aussi membre du Comit� de la F�d�ration sioniste Yougoslave et son premier pr�sident.

ALHADEF Bohor (XIXes.). Originaire de Gr�ce. Commer�ant de Rhodes, il d�veloppa des entreprises dont une banque qui devint l�une des institutions les plus importantes du Moyen-Orient.

ALLIANCE David (1932-). Originaire d�Iran, install� en Angleterre. Homme d�affaires important, il occupe de hautes fonctions dans des compagnies d�ing�nierie.

ALLOUCHE Guy (1939-). Originaire d�Alg�rie (Constantine), install� en France. Homme politique, il est s�nateur socialiste de la r�gion du Nord de la France.

ALLOUCHE Sidi Bahi (XIXes.). Originaire d�Alg�rie. Juge de Constantine.

ALMANSI Dante (?-1948). Originaire d�Italie. Magistrat, il fut pr�sident de l�Union des communaut�s juives italiennes pendant la Seconde Guerre mondiale.

ALONSO Hernando (?-1525?). Originaire d�Espagne. Crypto-juif, il fut l�un des principaux lieutenants de Hern�n Cort�s, conqu�rant du Mexique. Arr�t� sous pr�texte de juda�ser, il fut condamn� � l�autodaf� � Mexico.

ALTARAS Jacques (1786-1873). Originaire de Syrie (Alep). Il passa son enfance � J�rusalem avant de s�installer � Marseille. Armateur et philanthrope, il tenta de n�gocier sans succ�s l�immigration des Juifs de Russie vers l�Alg�rie.

ALVAR�S PINTO Manuel (XVIIes.). Marrane d�origine espagnole. Commer�ant � Anvers, il s�installa avec son fr�re Rodrigo Alvar�s Pinto � Rotterdam o� il cr�a la Y�chivah Pinto qui fut transf�r�e par la suite � Amsterdam.

AMAR Ange (XIXes.). Originaire d�Alg�rie. Dirigeant communautaire, il forma la premi�re garde arm�e compos�e de Juifs.

AMAR David (1920-2000). Originaire du Maroc (Settat), install� en France. Homme d�affaires international, dirigeant communautaire, pr�sident de l�ORT-Maroc et secr�taire g�n�ral du Conseil des commu-naut�s isra�lites du Maroc, il fut le fondateur � Montr�al du Rassemblement Mondial du Juda�sme Marocain dont l�objectif est de contribuer � la pr�servation du patrimoine juif marocain et � la r�conciliation jud�o-arabe.

AMAR Mardoch� (XIXes.). Originaire d�Alg�rie. Dirigeant communautaire d�Oran, il fut nomm� �missaire du Bey et n�gocia avec les Fran�ais � la suite de leur victoire sur le r�gime turc.

AMAR Moch� (1895-1972). Originaire de Palestine (J�rusalem). Pionnier de l�imprimerie h�bra�que au Maroc, il publia la majorit� des livres de pri�res et des recueils de d�cisions juridiques des rabbins marocains.

AMAR Y�chaia (XVIIIes.). Originaire de Gibraltar. Diplomate et conseiller du sultan du Maroc, il contribua � l�am�lioration des relations commerciales entre l�Angleterre et le Maroc et obtint la participation des Anglais dans la cons-truction d�un nouveau quai pour le port de Tanger.

AMES Dunstan (?-1594). Originaire d�Angleterre, install� � Londres. Fournisseur � la Cour royale et agent financier de don Antonio, le pr�tendant au tr�ne du Portugal, il espionna pour le compte de l�Angleterre.

AMIEL Andr� (1928-). Originaire du Maroc (El Jadida), install� au Qu�bec (Montr�al). Dirigeant communautaire, il fut le premier pr�sident de l�Association s�pharade francophone de 1966 � 1967.

AMOR Shaoul (1940-). Originaire du Maroc (Boujade), install� en Isra�l. Travailleur social, homme politique, membre du Likoud (Parti nationaliste), d�put� � la K�n�sset (Parlement), il est maire de la ville de Migdal Ha�mek.

AMSELEM Mo�se (1932-). Originaire du Maroc (Larache), install� � Montr�al (Qu�bec). Pharmacien et dirigeant communautaire, il occupe le poste de pr�sident de la Communaut� S�pharade du Qu�bec depuis 1998.

AMZALAK Ha�m (1824-1916). Originaire de Gibraltar, install� � Jaffa. N�gociant et banquier, il aida les premiers immigrants de Russie � s�installer en �gypte lors de la Premi�re Guerre mondiale.

ANDRADE Dona Ana Sarah (XVIes.). Marrane, originaire du Portugal. �pouse d�un gentilhomme de la famille royale portugaise, elle incita celui-ci � se convertir au juda�sme. La famille s�installa � Hambourg et revint au juda�sme.

ANGEL Chemayahou (1810-1874). Originaire d��gypte (Rosette). Banquier, marchand et philanthrope, il s�installa � Damas o� il aida les communaut�s juives de Syrie et d�autres r�gions.

ANTEBI Albert (XXes.). Originaire de Turquie. Conseiller politique et polyglotte, il travailla comme porte-parole pour le Yichouv juif de Palestine aupr�s des Turcs. Il fut nomm�, par le Gouverneur de la Palestine, membre du Comit� consultatif politique et �conomique et son conseiller personnel.

ANTONIO Marcos (XVIes.). Originaire du Portugal (Castel Branco). Ma�tre d�armes, il fut condamn� pendant l�autodaf� de 1569 � Mexico.

ARCHIVOLTI Carlo (1873-1944). Originaire d�Italie. Il occupa le poste de major g�n�ral dans l�arm�e.

ARDITI Albert Judah (1891-1942). Originaire de Gr�ce. Homme politique socialiste et maire adjoint de Salonique, il mourut d�port� � Auschwitz.

ARDITI Benjamin (XXes.). Originaire de Bulgarie, install� en Isra�l. Dirigeant communautaire de Bulgarie et pr�sident de l�Organisation sioniste de Sofia, il fut chef du Parti r�visionniste en Bulgarie, puis membre de la K�n�sset (Parlement). Il est l�auteur de plusieurs ouvrages sur les Juifs de Bulgarie.

ARI� Gabriel (1863-1939). Originaire de Bulgarie (Samakoff). P�dagogue, dirigeant communautaire et homme d�affaires, il fut aussi historien.

ARROUAS Yossef (1847-1925). Originaire du Maroc (Rabat), install� en Palestine. Il fut envoy� comme �missaire � Gibraltar pour recueillir des fonds. Dirigeant de la Commu-naut� S�pharade de J�rusalem, il est l�auteur de Hod Yossef (La splendeur de Joseph), un recueil d�hom�lies.

ARTOM Isaac (1829-1900). Originaire d�Italie. Homme politique, il fut sous-secr�taire d��tat aux Affaires �trang�res.

ASCOLI Aldo (1882-1956). Originaire d�Italie. Vice-amiral, il commanda la flotte dans la mer �g�e dans les ann�es 30.

ASCOLI Etore (1873-1943). Originaire d�Italie. G�n�ral d�artillerie et commandant de corps d�arm�e, il fut tu� au combat pendant la Seconde Guerre mondiale.

ASSEO Jacques (XXes.). Originaire de Bulgarie, install� aux �tats-Unis. Dirigeant communautaire, il pr�sida un comit� de secours qui procurait des certificats d�immigration aux Juifs bulgares lors de la Seconde Guerre mondiale. Ce comit� r�ussit � sauver un grand nombre d�enfants.

ASSEO Rahamim (XXes.). Originaire de Bulgarie. Fondateur de la banque Bulgaro-Palestine et linguiste, il publia � J�rusalem deux manuels d�h�breu qui furent utilis�s dans les �coles de l�Alliance Isra�lite Universelle en Bulgarie et en Palestine.

ASSER Mos�s Salomon (XIXes.). Originaire des Pays-Bas. Juriste et partisan de l�int�gration des Juifs dans la soci�t� n�erlandaise, il devint l�un des Conseillers les plus importants du roi Guillaume Ier. Il r�digea une nouvelle Constitution pour toutes les communaut�s juives du pays avec un syst�me central inspir� du mod�le fran�ais.

ASSOR Sydney Salomon (1931-). N� � Casablanca (Maroc), install� � Londres. Ing�nieur en �lectricit�, directeur du marketing internatio-nal et dirigeant communautaire, il est fondateur et premier pr�sident de l�Association des Originaires du Maroc en Grande-Bretagne et l�un des cofondateurs du Rassemblement Mondial du Juda�sme Marocain.

ASSOULINE Makhlouf (XXes.). N� � Sefrou (Maroc). Engag� dans l�arm�e marocaine, il acc�da au grade de colonel. Il fut nomm� par la suite � la direction financi�re de la pr�fecture de Casablanca. Il dirige le r�seau scolaire de l�Ittihad (AIU).

ASSOUN �z�khiel (XXes.). Originaire d�Irak. Fonctionnaire au minist�re de l�Agriculture puis au minist�re du Commerce, il fut �galement d�put�.

ASTRUC Isaac (1859-?). Originaire de Bulgarie (Choumla), install� � Tanger, � Damas puis en Roumanie. Administrateur scolaire, il d�veloppa le r�seau des �coles et instituts professionnels de l�Alliance Isra�lite Universelle au Moyen-Orient.

ATHIAS Immanuel (XVIIes.). Originaire des Pays-Bas. Fr�re de Joseph Athias. �diteur, il publia, en collaboration avec son fr�re Joseph, un livre de pri�res de rite s�pharade ainsi que des traductions de la Bible, des commentaires de Ma�monide et d�autres auteurs.

ATHIAS Joseph (?-1700). Originaire des Pays-Bas. �diteur, il publia, en collaboration avec son fr�re Immanuel, un livre de pri�res de rite s�pharade ainsi que des traductions de la Bible, des commentaires de Ma�monide et d�autres auteurs.

ATIAS Mord�kha� (XXes.). Originaire de Bosnie. Pr�sident de la communaut� s�pharade de Sarajevo, il am�liora la situation financi�re de la communaut� et introduisit un syst�me d�imp�ts progressifs ainsi que des �lections proportionnelles.

ATLAN �mile (XXes.). Originaire d�Alg�rie. Membre de la R�sistance alg�rienne, il combattit contre le gouvernement de Vichy.

ATTALI Bernard (1943-). Originaire d�Alg�rie (Alger), install� en France. �conomiste, il fut pr�sident-directeur g�n�ral d�Air France.

AYDAN David (XIXe-XXes.). Originaire de Tunisie (Djerba). Imprimeur, il fonda la premi�re imprimerie juive � Djerba � la veille de la Premi�re Guerre mondiale.

AYOUN Maurice (XXes.). Originaire d�Alg�rie (Alger). Avocat, r�sistant, il contribua � la r�ussite du D�barquement am�ricain en 1942 (Op�ration Torch) en occupant la r�sidence du Gouverneur g�n�ral d�Alg�rie, le centre de commandement des forces vychistes.

AZENCOT David (?-1875). Originaire du Maroc. Interpr�te au Consulat de France et fournisseur de la marine fran�aise � Tanger, il fut ami de l��crivain Alexandre Dumas et du peintre Eug�ne Delacroix.

AZENCOT Mo�se (1894-?). Originaire du Maroc (Tanger). Il immigra au V�n�zu�la o� il travailla pour le gouvernement puis revint � Tanger o� il fonda la Chambre de commerce internationale. Journaliste et �crivain, il est l�auteur d�un ouvrage contre le r�gime nazi Pol�mica religiosa en defensa de los judios – A proposito de los m�todos m�dievales usados por el nazismo al�man (Pol�mique religieuse pour la d�fense des Juifs : � propos des m�thodes m�di�vales employ�es par le nazisme allemand).

AZOULAY Andr� (1941-). Originaire du Maroc (Essaouira). Conseiller �conomique du roi Hassan II et de Mohamed VI, journaliste, financier et dirigeant communautaire, il fut r�dacteur en chef du quotidien Maroc-Presse. L�un des fondateurs du mouvement Identit� et Dialogue d�di� � la r�conciliation entre Juifs et Musulmans et � la r�solution pacifique du conflit au Moyen-Orient. Il contribua au dialogue pour la paix au Moyen-Orient. Il organisa en 1978 le Premier colloque international sur le juda�sme marocain dont les actes furent publi�s sous le titre Juifs du Maroc.

AZOULAY Ari�-Georges (XXes.). Originaire du Maroc (F�s), install� en Isra�l. �ducateur et administrateur, il occupa plusieurs fonctions dans le mouvement de jeunesse Habonim et du D�partement de la jeunesse et du H�halouts (pionniers). Il fut directeur d�un lyc�e � Achdod avant d��tre �lu maire travailliste de cette ville et chef de la d�l�gation de l�Agence Juive en France.

AZOULAY David (1954-). Originaire du Maroc, install� en Isra�l. �ducateur et homme politique, membre du Shas (Parti religieux s�pharade), d�put� � la K�n�sset (Parlement), il est conseiller municipal de la ville de Acco.

AZOULAY Maxime (1917-1998). N� � Casablanca. Dipl�m� de l�Institut des hautes �tudes marocaines, avocat, il a occup� les fonctions de conseiller au Haut-tribunal ch�rifien et

� la Cour supr�me. Pr�sident de Chambre

(criminelle et civile) � la Cour supr�me, membre du Conseil consultatif des Droits de l�homme et membre de la Chambre constitutionnelle, il a �t� d�cor� de l�Ordre du Tr�ne.

AZOULAY Salomon (1925-). Originaire du Maroc (Safi). Homme d�affaires, �ducateur et mili-tant sioniste, il participa au d�veloppement du mouvement de jeunesse Charles Netter. Il aida � la construction de synagogues au Portugal. Il a publi� �coute mon fils, un recueil de sermons et un commentaire du Cantique des Cantiques.

AZRAN Jacques (1944-). Originaire du Maroc (Safi), install� en Isra�l. Membre du groupe Oded, docteur en chimie, il travailla dans

l��nergie nucl�aire � Dimona avant de diriger une compagnie sp�cialis�e dans la technologie de pointe. Il a �t� nomm� conseiller municipal de Be�r Ch�va.

AZRIEL Solomon (1852-1928). Originaire de Serbie. Dirigeant communautaire, il fut le fondateur d�une soci�t� qui octroyait des bourses aux �tudiants d�sireux d�entreprendre des �tudes universitaires.

AZUELOS Judah (1935-). Originaire du Maroc. N� � Rabat, install� aux �tats-Unis. Militant nationaliste, membre fondateur du WIFAQ, haut-fonctionnaire au minist�re des Finances, il est actuellement industriel dans le domaine des phosphates et des engrais.

Leaders – (B)

BACHI Armando (1883-1943). Originaire d�Italie (V�rone). Lieutenant-g�n�ral, commandant d�artillerie et de corps d�arm�e, il mourut dans un camp de concentration nazi.

BACRI David Coen (1720-1811). Originaire d�Alg�rie. Financier et dirigeant communautaire, repr�sentant de firmes et de gouvernements �trangers, il fut ex�cut� pour trahison.

BACRI Yossef Coen (1740?-1817). Originaire d�Alg�rie. Financier et dirigeant communautaire, il fut exil� par le Bey d�Alger.

BA�Z De Paiva Gonzalo (XVIIes.). Originaire de France (Bayonne). Crypto-juif, il fut cit� en proc�s par l�Inquisition pour juda�sation.

BALLY Ment�s (XIXes.). Originaire de Turquie (Istanbul). Dirigeant communautaire, il fut le premier pr�sident de la communaut� s�pharade de Bucarest.

BANON Gabriel (XXes.). Originaire du Maroc. �conomiste, il a �t� le conseiller de l�Autorit� palestinienne.

BARCH�CHAT-BELLEHSEN Hassibah (1904-1987). Originaire du Maroc (Mekn�s), install�e � Rabat. Dirigeante communautaire, elle aida au d�veloppement des �uvres de bienfaisance dans la ville de Rabat.

BARENCI Simon de (XIVes.). Originaire du Maroc. Conseiller politique, il fut Vizir du sultan Abou Sa�d.

BAROUCHOV Yako (XXes.). Originaire de Bulgarie. Dirigeant sioniste et repr�sentant secret de l�Agence Juive, il tenta de prot�ger les Juifs contre le gouvernement pro-nazi.

BAROUEL Elias (XXes.). Originaire du Portugal. M�decin et dirigeant communautaire de la petite communaut� de Lisbonne, il participa aux efforts pour accueillir des Juifs pers�cut�s par le nazisme pendant la Seconde Guerre mondiale.

BARUGEL Abrao (XIXes.). Originaire du Maroc, install� au Br�sil. N�gociant, il contribua au d�veloppement �conomique du pays.

BATINO Rafa�l (1910-1942). Originaire de Mac�doine (Bitola). R�volutionnaire communiste, il participa � des gr�ves et manifestations apr�s un long s�jour au Mexique o� il devint membre du Parti communiste mexicain. Condamn� pour ses activit�s r�volutionnaires, il traduisit Le Capital de Marx en mac�donien et pr�para une grammaire de cette langue. Au d�but de l�occupation bulgare, il s��chappa par un tunnel souterrain et mourut h�ro�quement � Sandjhak.

BAUTISTA PEREZ DE LIMA Manuel (1593-1639). Originaire du P�rou. Dirigeant de l�Universit� de San Marcos, il fut accus� de juda�ser et br�l� en autodaf�.

B�HAR Joseph (XXes.). Originaire de Mac�doine (Skopje). Militant sioniste, il fut le collaborateur de L�on Kamhi dans l�organisation de l�immigration vers Isra�l.

BEKHACHE Chalom (XIXe-XXes.). Originaire d�Alg�rie. �diteur, il participa au d�veloppement de la litt�rature jud�o-arabe moderne.

BELASCO Aby (1769-1824). Originaire d�Angleterre. Boxeur, il �tablit les r�gles de la boxe qui am�lior�rent ce sport et lui donn�rent un statut plus acceptable.

BELICHA Itshak (XIXes.). Originaire d�Angleterre (Manchester). Commer�ant et industriel, il fut le premier pr�sident de la communaut� s�pharade de la ville.

BELMONTE Yah�acov Isra�l (XVIes.). Originaire d�Espagne. Dirigeant communautaire, il fut membre de la premi�re Congr�gation juive d�Amsterdam.

BEN ARROYA Abraham (XIXe-XXes.). Originaire de Gr�ce. Homme politique, il fut l�un des fonda-teurs du Parti socialiste et du Parti social-d�mo-crate de Gr�ce. Il s�installa par la suite en Isra�l.

BEN ATTAR Moch� (XVIIe-XVIIIes.). Originaire du Maroc. Ministre des Affaires �trang�res du sultan Moulay Isma�l, il se r�fugia � Livourne (Italie) apr�s la mort du sultan.

BEN BETACH Aaron (?-1465). Originaire du Maroc. Banquier, �rudit, �crivain, Conseiller et Vizir du sultan du Maroc, il fut accus� d�imposer de lourdes taxes et assassin�, ainsi que le sultan, � la suite d��meutes anti-juives.

BEN �LICHA Ch�mou�l (1788-1851). Originaire du Maroc. Commer�ant important de Mogador, il fut le marchand du sultan. Une de ses filiales � Marseille entretenait des relations commerciales avec Gibraltar et Manchester.

BEN IDER Yah�acov (XVIIIes.). Originaire du Maroc. Diplomate, il fut ambassadeur du sultan Sidi Moulay Abdallah en Angleterre.

BEN KIKI R�ouven (XVIIIes.). Originaire du Maroc (Taza). Conseiller et financier � la Cour de plusieurs sultans du Maroc, il fut l�un des n�gociateurs du trait� de paix entre le Maroc et l�Angleterre, puis ministre sous le r�gne de Moulay Abdallah.

BEN RIMOKH Chem Tov (XVIIes.). Originaire du Maroc. Conseiller du sultan, il fut pr�sident de la communaut� juive de F�s.

BEN RIMOKH Yamin (XVIIes.). Originaire du Maroc. Conseiller du sultan Moulay Zidane, il fut envoy� � plusieurs reprises en mission diplomatique en Angleterre et en Hollande.

BEN-ELI�ZER Binyamin (1936-). Originaire d�Irak, install� en Isra�l. Militaire et homme politique. Membre du Parti travailliste, il est d�put� � la K�n�sset (Parle-ment), et ministre de la D�fense.

BEN-TSOUR Shmaryahou (1944-). Originaire du Y�men, install� en Isra�l. Enseignant et homme politique, membre du Mafdal (Parti national religieux), il est d�put� � la K�n�sset (Parlement).

BENABOU Albert (XXes.). Originaire du Maroc (Casablanca), install� en Isra�l. Officier dans l�arm�e isra�lienne, il fut conseiller de David L�vy, alors ministre des Affaires �trang�res, et membre de la d�l�gation militaire de l�ONU en ex-Yougoslavie.

B�NA�M David (1888-1968). Originaire de Gibraltar. Fils du rabbin Rapha�l Ha�m B�na�m. Chef de la communaut� de Gibraltar et membre du Conseil du gouvernement de la Colonie, il fut nomm� Consul honoraire d�Isra�l.

BENAROCH Rapha�l (1921-1994). Originaire du Maroc (Rabat), install� en France. Avocat et dirigeant communautaire, il a publi� un ouvrage sur le droit successoral au Maroc et a assum� la pr�sidence de L�O.S.E. (Oeuvre de Secours pour l�Enfance). Apr�s son installation � Nice, il occupa plusieurs postes communautaires et fut l�un des fondateurs de l�Union Mondiale des Originaires d�Afrique du Nord.

BENAROCH Roger (1934-). Originaire du Maroc (Mekn�s), install� en France. Professeur de gestion financi�re � l��cole sup�rieure de commerce de Paris et dirigeant communautaire, il a occup� plusieurs postes communautaires et fut l�un des fondateurs et pr�sident du Mouvement Juif Lib�ral de France.

BENAROYA Abraham (XIXe-XXes.). Originaire de Bulgarie. Militant socialiste et homme politique, il aida � organiser le mouvement ouvrier � Salonique et en Mac�doine et participa � la fondation de plusieurs partis politiques. Auteur de plusieurs pamphlets sur le socialisme et la question juive, il immigra en Isra�l.

BENARROCH Ch�lomo (?-1880). Originaire du Maroc (Mekn�s). Commer�ant proche du palais royal, il racheta la synagogue Bahtit qui resta entre les mains de ses descendants jusqu�au d�part des Juifs de la ville.

BENARROCH Joseph (1942-). Originaire du Maroc (Mekn�s), install� au Qu�bec (Montr�al). Conseiller financier et dirigeant communautaire, il fut pr�sident de l�Association s�pharade francophone de 1975 � 1976 et de la F�d�ration s�pharade du Canada.

BENARROCH Lucien (1941-). Originaire du Maroc (Mekn�s), install� au Qu�bec (Montr�al). Ing�nieur en textile, manufacturier et dirigeant communautaire, il fut pr�sident de la Communaut� S�pharade du Qu�bec de 1985 � 1987.

BENARROCH Yamin A. (1882-1949). Originaire du Maroc (T�touan). Philan-thrope, dirigeant communautaire et pr�sident de la com-munaut� isra�lite de M�lilla, il y fonda un ensemble d�institutions religieuses et �ducatives. Il est aussi fondateur d�une synagogue � J�rusalem et d�une y�chivah � Tib�riade.

 

BENASSOULI-Nahon Jonas (1888-1962). Originaire du Maroc (Tanger), install� en Espagne. Ing�nieur de l��cole centrale de Paris, dirigeant communautaire, il a �t� vice-pr�sident de la Croix-Rouge espa-gnole.

BENATTAR Moch� (?-1725). Originaire du Maroc (Sal�). Banquier, bijoutier de la Cour, pr�sident de la communaut� juive du Maroc, commer�ant international et diplomate, il d�veloppa les relations avec l�Angleterre et joua un r�le important dans la signature d�un trait� de paix avec ce pays.

BENATTAR Ralph (1945-). Originaire du Maroc (Casablanca), install� au Qu�bec (Montr�al). Homme d�affaires, dirigeant communautaire, il fut pr�sident de la F�d�ration s�pharade du Canada et de l�Appel juif unifi� et vice-pr�sident de la F�d�ration sioniste canadienne.

BENAZ�RAF Rapha�l (1896-?). Originaire du Maroc. Dirigeant communautaire, il est l�auteur de R�franero, recueil de proverbes jud�o-espagnols du Maroc.

BENBARUK Salomon (?-1994). Originaire du Maroc, install� au Qu�bec (Montr�al). Dirigeant communautaire, il est l�auteur d�un livre de souvenirs Trois-quarts de si�cle p�le-m�le.

BENCH�TRIT Aaron (1886-1967). Originaire du Maroc (T�touan), install� en Colombie. M�decin et militant sioniste, directeur de l�Institut de la l�pre du V�n�zu�la et � Bogota, il fut pr�sident du Centro Israelita de Bogota et de la F�d�ration sioniste de Colombie.

BENCH�TRIT Sam (XXes.). Originaire du Maroc, install� en Isra�l. Dirigeant communautaire, il est le pr�sident du mouvement B�yahad (Ensemble) qui vise � mieux faire conna�tre le patrimoine juif nord-africain.

BENCHIMOL Abraham (XVIIIe-XIXes.). Originaire du Maroc. Traducteur officiel du Consulat de France � Tanger.

BENCHIMOL Ha�m (1834-1915). Originaire du Maroc (Tanger). Homme d�affaires, traducteur officiel du Consulat de France � Tanger et journaliste, il fut le propri�taire du premier journal de langue fran�aise �dit� au Maroc, Le R�veil du Maroc, consacr� � la d�fense des Droits de l�homme et des Juifs en particulier. Avocat de la cause fran�aise au Maroc, il entreprit une campagne contre �douard Drumont, le dirigeant du mouvement antis�mite fran�ais.

BENDELAC Abraham (1848-1920). Originaire du Maroc (Tanger). Professeur de l�Alliance Isra�lite Universelle en Orient, il fut aussi un� grand commer�ant.

BENGIO C�lia (1896-1996). Originaire du Maroc. Dirigeante communautaire et philanthrope, elle fonda le Home pour enfants Murdoch Bengio, un orphelinat c�l�bre � Casablanca.

BENICHOU Andr� (XXes.). Originaire d�Alg�rie. Professeur de philosophie, il aida � organiser l�enseignement secondaire juif interdit par le gouvernement de Vichy.

BENICHOU Jacques (1922-). Originaire d�Alg�rie (Constantine), install� en France. Polytechnicien et ing�nieur en a�ronautique, il a occup� plusieurs postes administratifs dans l�industrie avionique et spatiale fran�aise.

BENICHOU Marcel (1931-). Originaire d�Alg�rie (Alger), install� en France. Polytech-nicien et ing�nieur a�ronautique, il est pr�sident du Conseil d�administration de l�Office national fran�ais d��tudes et de recherches a�rospatiales.

BENLOLO Eliahou (Hacarmeli) (1892-1953). Originaire de Palestine (Ha�fa). �ducateur et politicien isra�lien, il enseigna � J�rusalem. Militant du Parti travailliste, il fut responsable du D�partement des s�pharades et des communaut�s orientales � la Histadrout, membre de l�Assembl�e des repr�sentants du Yichouv et de la premi�re K�n�sset (Parlement), ses �crits furent publi�s dans Ay�l�t hachahar (La biche du matin).

BENOLIEL Judah Don (1772-1839). Originaire de Gibraltar. Philanthrope, commer�ant, financier international et dirigeant communautaire, il fut pr�sident de la communaut� juive et de la Chambre de commerce. Consul d�Autriche et du Maroc � Gibraltar, il intervint pour �viter une guerre entre le Maroc et la Sardaigne.

BENOLIEL L�on (XXes.). Originaire du V�n�zu�la. Dirigeant communautaire, il contribue � la vie intellectuelle s�pharade.

BENOLIEL Salomon (1850-?). Originaire du Maroc (Tanger). �ducateur, il d�veloppa et dirigea des �coles de l�Alliance Isra�lite Universelle � Larache puis � F�s

.BENOLIEL Y�houdah (XVIIIe-XIXes.). Originaire du Maroc. Diplomate, il fut Consul du sultan Moulay Sliman � Gibraltar.

BENOUALID William (XIXe-XXes.). Originaire d�Alg�rie (Alger). Juriste, professeur de droit, il occupa plusieurs postes de haut-fonctionnaire dans l�administration fran�aise. Dirigeant communautaire, il fut actif dans plusieurs organismes juifs et contribua par ses articles aux journaux marocains et tunisiens.

BENQUESSUS Jacques (XXes.). Originaire du Maroc, install� � Toronto (Ontario). Philanthrope et dirigeant communautaire, il a contribu� au d�veloppement de l��cole s�pharade Or ha�met de Toronto.

BENSABAT Abraham (1824-?). Originaire du Maroc (Safi). Fils de Yah�acov Bensabat. Commer�ant, dirigeant de la communaut� de Safi et traducteur au Consulat d�Angleterre, il immigra � Ha�fa o� il participa � la fondation du quartier Hadar Hacarmel.

BENSABAT Samuel (1889-?). Originaire du Maroc (Safi). Fr�re de Yossef Bensabat. �ducateur, p�dagogue, directeur de l��cole de l�Alliance Isra�lite Universelle � Ha�fa et militant sioniste, il participa au XXe Congr�s sioniste � Zurich.

BENSAUDE Salomao (?-1865). Originaire du Maroc. Commer�ant international, il d�veloppa l��conomie des A�ores et �tablit un r�seau international d��changes commerciaux avec le Br�sil, les �tats-Unis et le Royaume-Uni. Il fonda la premi�re communaut� juive des A�ores.

BENSIMHON Shaoul (1929-). Originaire du Maroc (F�s), install� en Isra�l. Syndicaliste et homme politique, fondateur de l�Union Mondiale des Originaires d�Afrique du Nord, il fut membre de l�Ex�cutif de la Histadrout et membre du Comit� central du Parti travailliste isra�lien.

BENSOUSSAN Alain (1940-). Originaire de Tunisie (Tunis), install� en France. Pr�sident du Centre national d��tudes spatiales en 1996 et pr�sident de l�Agence spatiale europ�enne en 1999. Il est �galement Officier de l�Ordre National du M�rite et Chevalier de la L�gion d�honneur.

BENSOUSSAN Rapha�l (1944-). Originaire du Maroc (Mogador), install� en Isra�l. Dirigeant communautaire, il participa � la structuration du mouvement �tudiant juif nord-africain ODED, et fut conseiller aupr�s du ministre des Affaires sociales.

BENVENISTE Immanuel (XVIIes.). Originaire des Pays-Bas. Imprimeur et �diteur d�Amsterdam, il publia de nombreux ouvrages h�bra�ques dont une �dition compl�te non censur�e du Talmud de Babylone.

BENZAKAN Benjamin (XXes.). Originaire du Maroc. Dirigeant communautaire, il lutta contre l�assimilation des Juifs marocains install�s en Argentine.

BENZAKEIN F�lix (1895-?). Originaire d��gypte (Tantah). Avocat, militant du Wafd (Parti de l�ind�pendance) et sioniste, il aida � d�fendre les personnes accus�es pour leurs id�es politiques.

BENZAQUEN L�on (XXes.). Originaire du Maroc. M�decin, dirigeant communautaire, il contribua � la lutte contre la tuberculose, il occupa le poste de ministre des Postes dans les premier et second gouvernements qui suivirent l�accession du Maroc � l�ind�pendance.

BERDUGO Joseph (1899-1968). Originaire du Maroc (Mekn�s). Grand commer�ant et dirigeant communautaire, pr�sident de l�Alliance Isra�lite Universelle puis de la com-munaut� juive de Mekn�s jusqu�� sa mort, il fut l�un des cosignataires d�une lettre adress�e au R�sident-g�n�ral Nogu�s en 1941, lui demandant de ne pas appliquer les statuts d�exception aux Juifs mais sans succ�s. Membre du Conseil du Gouvernement, l�institution consultative cr��e par les autorit�s du Protectorat, il fut aussi rapporteur du budget des Postes. Il assura l�int�rim de secr�taire du Conseil des communaut�s en 1955 avant que David Amar ne fut �lu pr�sident.

BERDUGO Salomon Georges (1928-). Originaire du Maroc (Mekn�s). Avocat au barreau de Casablanca et agr�� pr�s la Cour supr�me, il fut haut-fonctionnaire au minist�re des Affaires �trang�res. Secr�taire g�n�ral du Conseil des communaut�s entre 1973 et 1977, il est actuellement vice-pr�sident de la Communaut� isra�lite de Casablanca et secr�taire g�n�ral-adjoint du Conseil des communaut�s. Pr�sident du Rassemblement Mondial du Juda�sme Marocain, il est aussi vice- pr�sident de l�ORT-Maroc.

BERDUGO Serge (XXes.). Originaire du Maroc (Mekn�s). Licenci� en droit, homme d�affaires, dirigeant communautaire et homme politique. Vice-pr�sident charg� des Affaires ext�-rieures du Conseil des Communaut�s des Juifs du Maroc depuis 1977, il en devint secr�taire g�n�ral en 1987 et pr�sident du Rassemblement Mondial du Juda�sme Marocain. Partisan du dialogue inter-religieux et de la paix au Moyen-Orient, il a cr�� la Fondation du Patrimoine Juif-marocain, �difi� le Mus�e du juda�sme marocain et lanc� l��dition d�un CD-ROM sur les Juifs du Maroc. Ministre du Tourisme du Maroc de 1993 � 1995, il a �t� �lev� au grade de Commandeur de l�Ordre du Tr�ne par le Roi Hassan II.

BESSIS Albert (1885-1972). Originaire de Tunisie (Tunis). Homme politique, il fut ministre de l�Habitation et de la planification urbaine ainsi que des Travaux publics dans les ann�es 50.

BIBAS Yah�acov (XIXe-XXes.). Originaire du Maroc. Vice-consul d�Argentine � T�touan, il fonda l�Association Confraternidad Isra�lita � Rosario de Santa F� (Argentine).

BIBI Ygal (1942-). Originaire d�Isra�l (Tib�riade), de famille irakienne. Instituteur et homme politique, membre du Mafdal (Parti national religieux), ex-maire de Tib�riade, il est d�put� � la K�n�sset (Parlement).

BISROR Katy (1957-). Originaire du Maroc, install�e en Isra�l. Dipl�m�e en Sciences politiques, journaliste, r�dactrice de la revue Sillages et correspondante des radios juives en France, elle est aussi fondatrice d�une soci�t� sp�cialis�e en relations publiques.

BITTON Charly (XXes.). Originaire du Maroc, install� en Isra�l. Homme politique, dirigeant des Panth�res Noires d�Isra�l, un mouvement de revendications socio-�conomiques et politiques s�pharade dans les ann�es 70, il fut membre de la K�n�sset (Parlement) sur la liste du Parti communiste isra�lien avant d��tre battu aux �lections et de quitter la politique active.

BONAVENTURE Gabriel (XVIes.). Originaire de Turquie. Diplomate et ambassadeur de l�Empire ottoman, il contribua � la signature d�un accord de paix entre la Turquie et l�Espagne.

BOTBOL Maurice (1907-1991). Originaire du Maroc (F�s), install� en France. Dernier inspecteur des Institutions isra�lites avant l�ind�pendance, il contribua � leur modernisation.

BOTBOL-HATCHOUEL Abraham (XXes.). Originaire du Maroc espagnol (C�uta), il a grandi � T�touan avant de s�installer au V�n�zu�la. Dirigeant communautaire, il a occup� plusieurs postes dans les institutions communautaires juives et dans les associations s�pharades

latino-am�ricaines. Pr�sident de l�Association des amis de S�farad au V�n�zu�la, membre du comit� de r�daction de la revue Maguen-Escudo � laquelle il a contribu� par de nombreux articles, il est l�auteur d�un recueil de souvenirs El desvan de los recuerdos. Cuadernos de una jud�ria marroqui (Le pla-card des souvenirs. Cahiers d�un quartier juif marocain) dans lequel il d�crit la vie juive � T�touan, son atmosph�re, ses personnages et ses rites.

BOUSKILA David (XXes.). Originaire du Maroc, install� en Isra�l. Homme politique, il est maire de Sd�rot.

BOUZAGLO Yossef de Paz (XVIIIes.). Originaire du Maroc. Homme d�affaires et aventurier, il aida � la signature d�un trait� de paix entre le Maroc et le Danemark. Emprisonn� par le sultan Sidi Moulay Abdallah puis rel�ch�, il proposa � la France d�acheter le port de Tanger.

BRITO Philip Jorge de (XVIIes.). Originaire du Portugal. Armateur et commer�ant, il joua un r�le important dans la vie �conomique de la ville de Gl�ckstadt.

BUSNACH Yossef (?-1805). Originaire d�Alg�rie. Financier, dirigeant communautaire et conseiller en Affaires �trang�res, il fut assassin�.

Leaders – (C)

CABEL Eytan (1959-). Originaire d�Isra�l (Roch Ha�ayin) de famille y�m�nite. Entrepre-neur en construction et homme politique, membre du Parti travailliste, il est d�put� � la K�n�sset (Parlement).

CABESSA Abraham (XVes.). Originaire d�Espagne. Dirigeant de la communaut� des exil�s d�Espagne � Marrakech, conseiller et ministre du sultan Mohammed Ech Cheikh, il utilisa son influence pour am�liorer la situation des Juifs dans le Royaume.

CABEZA Ch�mou�l (XVIes.). Originaire du Maroc. Conseiller du ch�rif saadien.

CALEB Jacob (XIXe-XXes.). Originaire de Bulgarie (Plovdiv). Enseignant et d�fenseur de l��ducation sioniste, il fut attaqu� par des notables et des administrateurs de l�Alliance Isra�lite Universelle pour ses positions politiques. Menac� d��tre cong�di�, il continua � pr�ner ses id�es dans les journaux et fut soutenu par d�autres enseignants de son �cole.

CAMHI Ovadia Acher (XXes.). Originaire d�Angleterre. Dirigeant communautaire, il fut secr�taire de la F�d�ration s�pharade Mondiale qu�il contribua � d�velopper.

CAPON Aaron (XXes.). Originaire de Gr�ce. Dirigeant communautaire, il fut l�un des fondateurs de la premi�re communaut� organis�e du Mexique.

CAPON Augusto (1872-1944). Originaire d�Italie. Amiral, il mourut dans un camp de concentration nazi.

CAPRIOLO Pepita G. (1954-). Originaire d�Italie (Milan), install�e � Montr�al (Qu�bec). Dipl�m�e en Droit des universit�s d�Oxford et de McGill, elle est juge � la Cour sup�rieure du Qu�bec.

CARASSO Emmanuel (XXes.). Originaire de Turquie. Dirigeant du Comit� de l�union et du progr�s (C.U.P.), il fut membre du mouvement des jeunes Turcs et d�put� de Salonique au Parlement ottoman.

CARCASSONE Charly (XXes.). Originaire d�Alg�rie. R�sistant, il fut l�un des fondateurs de la r�sistance juive oranaise contre le gouvernement de Vichy.

CARDOZO Aaron Nu��s (1762-1834). Originaire d�Angleterre (Gibraltar). Fournisseur de la marine royale anglaise et ami de l�Amiral Nelson, consul de Tunis et d�Alger, il contribua � la signature du trait� de paix entre le Portugal et la Tunisie.

CARDOZO David Nu�es (1752-1835). Originaire des �tats-Unis. Il participa � la guerre d�Ind�pendance des �tats-Unis.

CARIGAL Raphael Ha�m Itshak (1733-1777). Originaire de Palestine (H�bron). �missaire, il voyagea � Cura�ao, au Surinam, � Londres et aux �tats-Unis. Ami du pr�sident de l�Universit� Yale, il maintint avec lui une correspondance importante.

CARILLO Isaac (XVIIIes.). Originaire du Surinam. Planteur et homme d�affaires, il mena, avec Salomon du Plessis, une violente campagne contre le gouverneur Jan Jacob Mauricius et fut provisoirement expuls� de la colonie.

CARMONA Itshak (XIXes.). Originaire de Turquie. Financier et banquier � la Cour du sultan, dirigeant communautaire important et fondateur de y�chivot dans plusieurs villes du Moyen-Orient, il fut le dirigeant de l�organisation responsable de l�envoi de fonds aux communaut�s juives de Palestine. Lors de l�abolition des corps des Janissaires, il fut assassin� sur les ordres du sultan et sa fortune confisqu�e, ce qui mit la communaut� juive dans de graves difficult�s financi�res.

CARMONA Moch� (XIXes.). Originaire de Turquie. Banquier, il �tablit une entreprise bancaire � Istanbul pendant le r�gne de S�lim III dont il fut le conseiller.

CARSINET Aaron (XVIIes.). Originaire du Maroc. Banquier, il fut aussi conseiller du sultan Moulay Isma�l.

CARVAJAL Abraham Isra�l Antonio Fernand�s (ou Carvalhal) (1590?-1659). Originaire du Portugal (Fundao) de famille marrane, install� aux �les Canaries puis � Rouen et � Londres. Commer�ant en vins et m�taux pr�cieux et fournisseur pour l�arm�e espagnole des Flandres, il renon�a � son all�geance envers l�Espagne lors de la guerre entre l�Angleterre et l�Espagne. Il revint au juda�sme et fut le fondateur de la premi�re synagogue d�clar�e � Londres en 1656.

CARVALHO Nu�es Emmanuel (XIXes.). Originaire d�Angleterre. Dirigeant spirituel de la communaut� s�pharade de Philadelphie, il publia un ouvrage sur la langue h�bra�que.

CARVALLO Jules (XIXes.). Originaire de France. Ing�nieur des ponts et chauss�es, constructeur ferroviaire, il fut l�un des fondateurs et le premier pr�sident de la premi�re organisation juive internationale, l�Alliance Isra�lite Universelle.

CASTIEL Judah (1934-). Originaire du Maroc (Ksar El-K�bir), install� au Qu�bec (Montr�al). �ducateur et dirigeant communautaire, il est pr�sident de la F�d�ration S�pharade du Canada et r�dacteur en chef de La Voix S�pharade.

CASTRO Abraham (XVIes.). Originaire d�Espagne. Ministre des Finances d��gypte, il avertit le sultan d�une conspiration foment�e par le Pacha Ahmad. Pour se venger, ce dernier mena�a les Juifs �gyptiens, mais il fut arr�t� et ex�cut� avant de r�aliser ses plans. Cet �pisode donna lieu tous les 28 de Adar � la c�l�bration du Pourim Mitsrayim (Pourim �gyptien).

CASTRO Itshak (Jos� de Lis) (1625?-1647). Originaire du Portugal, install� � Amsterdam puis � Bahia, il fut d�nonc� � l�Inquisition pour avoir visit� une synagogue � Recife. Arr�t�, il fut br�l� vif. Son cas entra�na de nombreuses r�actions parmi les Chr�tiens et surtout parmi les Juifs. Des po�mes en h�breu et en espagnol lui furent d�di�s.

CASTRO L�on (XXes.). Originaire d��gypte. Pr�sident de l�Organisation sioniste du Caire, conseiller de Saad Zaghloul, un dirigeant nationaliste �gyptien et directeur du journal La libert�, il prit position en faveur de l�ind�pendance de l��gypte.

CATTAOUI BEY Ren� (1896-?). Originaire d��gypte. Homme d�affaires, �rudit, pr�sident de la communaut� juive du Caire et homme politique, il fut �lu membre du Parlement.

CATTAOUI Joseph Aslan (1861-1942). Originaire d��gypte. Industriel, dirigeant de la communaut� juive du Caire, d�put�, s�nateur et ministre des Finances et des Communications, il participa comme d�l�gu� � la n�gociation pour l�ind�pendance de l��gypte.

CAZ�S David (1851-1913). Originaire du Maroc (T�touan). �crivain, historien et enseignant rattach� � l�Alliance Isra�lite Universelle, il fonda et dirigea plusieurs �coles en Th�ssalie, Izmir, Tunis et Sfax. Install� � Buenos Aires et membre de l�Association de la colonisation juive fond�e par le Baron de Hirsch, il est l�auteur de l�Essai sur l�histoire des Isra�lites de Tunisie, notes bibliographiques sur la litt�rature juive-tunisienne. Il contribua aussi � la Revue des �tudes Juives et � d�autres publications.

CAZ�S-BENATTAR H�l�ne (1900-?). Originaire du Maroc (Tanger), install�e en France. Premi�re femme avocate dans l�histoire du Maroc, elle fut impliqu�e dans les institutions de Casablanca et de Tanger. Elle dirigea le bureau du American Joint Distribution Committee qui vint en aide aux r�fugi�s juifs lors de la Seconde Guerre mondiale. Elle fonda � Paris l�Union pour la Promotion des Juifs du Maroc Vivant en France (UJPM).

CELEBONOVIC Jakov (XXes.). Originaire de Serbie. Dirigeant communautaire et pr�sident de la communaut� s�pharade de Belgrade, il �tait favorable � l�int�gration compl�te des Juifs � la soci�t� yougoslave.

CHALOM Itshak (1886-1968). Originaire de Syrie (Alep), install� aux �tats-Unis. Commer-�ant et philanthrope, dirigeant communautaire de New York, il contribua � des institutions �ducatives orthodoxes et fut l�un des fondateurs de Otsar hatorah, une organisation qui fournit une �ducation h�bra�que � des milliers d�enfants juifs vivant dans les pays du Moyen-Orient et d�Afrique du Nord.

CHALOM Sylvain (1958-). Originaire de Tunisie, install� en Isra�l. Journaliste et homme politique, il est d�put� � la K�n�sset (Parlement).

CHALTIEL David (1903-1969). Originaire d�Allemagne (Hambourg). Soldat et diplomate isra�lien, il servit dans la L�gion �trang�re fran�aise avant de s�installer d�finitivement en Palestine. Il joignit la Haganah et �tablit le service de renseignement. Commandant de J�rusalem durant la Guerre d�Ind�pendance, il fut nomm� g�n�ral puis attach� militaire en France, au B�n�lux et en Italie. Diplomate au Br�sil et au V�n�zu�la, il fut ambassadeur au Mexique, dans les �les des Cara�bes et en Hollande.

CHALTIEL Joseph (XXes.). Originaire d�Allemagne (Hambourg). Fr�re de David Chaltiel. L�un des derniers dirigeants de la com-munaut� portugaise de Hambourg, il mourut, ainsi que sa famille, � Auschwitz.

CHEBABO Isaac (XIXes.). Originaire de Palestine. Il fonda � Tunis les �ditions Angel qui publi�rent les ouvrages majeurs du sionisme politique dont Auto-�mancipation de L�o Pinsker; L��tat juif de Th�odore Herzl et Classe et Nation de Ber Borokhov.

CHEMLA Abraham (XIXes.). Originaire de Tunisie. Dirigeant communautaire, il attira l�attention, � travers sa correspondance, sur la d�t�rioration de la situation des communaut�s juives et demanda aux organismes philan-tropiques juifs europ�ens d�intervenir aupr�s de leurs gouvernements.

CH�TRIT Simon (XXes.). Originaire du Maroc (Tafilalet), install� en Isra�l. Homme politique isra�lien, il est d�put� travailliste.

CHIRQUI Adi (XIXes.). Originaire du Maroc. Commer�ant important de Safi, il insuffla un dynamisme nouveau au port de Mogador.

CHIRQUI Mord�kha� (XVIIIes.). Originaire du Maroc (Marrakech). Dirigeant communautaire lors du r�gne de Moulay Yazid qui pers�cuta les Juifs marocains, il refusa de se convertir � l�Islam et fut br�l� dans un four � chaux alors que sa famille r�ussissait � s�enfuir.

CHIRQUI Yossef (XIXes.). Originaire du Maroc. Riche n�gociant de Tanger, interpr�te au Consulat de Su�de, puis de France, il se fit conna�tre pour ses qualit�s de diplomate. Apr�s sa mort, son fils Moch� Chirqui fonda une synagogue qu�il nomma � la m�moire de son p�re Ch��rit Yossef. Elle fut inaugur�e lors de la visite historique de Sir Mos�s Mont�fiore � Tanger.

CHITRIT M�ir (1948-). Originaire du Maroc, install� en Isra�l. Homme politique, membre de la coalition Likoud-Tsomet (partis nationa-listes), d�put� � la K�n�sset (Parlement), il a �t� maire de Yavneh et tr�sorier de l�Agence Juive.

CIVITA C�sar (XXes.). Originaire d�Italie, install� en Argentine. Homme d�affaires, il dirige l�Editorial Abril, la plus grande soci�t� d�imprimerie de p�riodiques.

COHEN Albert (1946-). N� � Mekn�s, install� � Paris. Homme d�affaires, pr�sident-directeur g�n�ral de ITO et dirigeant communautaire, il fut l�un des cofondateurs du Centre Rambam dont il est tr�sorier et promoteur de la Maison France-Isra�l � Paris.

COHEN BEN MAKNIN M��r (XIXes.). Originaire du Maroc (Mogador). Commer�ant et diplomate, il �tait proche de la Cour du sultan Moulay Abderrahman. Il fut administrateur des douanes aux ports de Mazagan et de Tanger et ambassadeur du Maroc en Angleterre.

COHEN Benjamin (XVIIIes.). Originaire des Pays-Bas. Marchand de tabac � Amersfoort, il donna l�asile � Guillaume V d�Orange chass� de La Haye lors de la guerre civile.

COHEN Ch�mou�l (XVIIes.). Marrane d�ori-gine portugaise, il s�installa � Amsterdam o� il revint au juda�sme. Interpr�te du commandant de la flotte hollandaise qui conquit l��le de Cura�ao contr�l�e par les Espagnols, il participa �galement � la conqu�te de Recife au Br�sil par les Hollandais. Install� � Cura�ao, il aurait convaincu quelques autres Juifs des Pays-Bas de s�installer sur l��le.

COHEN David (XXes.). Originaire du Maroc (Mekn�s), install� en France. Dirigeant communautaire, fondateur du Centre Rambam � Paris, il est l�auteur de Passions marocaines, m�moires.

COHEN �lie (XXes.). Originaire d��gypte, install� en Isra�l. Membre des services secrets isra�liens, il r�ussit � p�n�trer les hautes instances du gouvernement syrien, d�tenant ainsi des informations qu�il transmit � son pays,� avant d��tre arr�t�, tortur� et pendu � Damas.

COHEN L�vi A. (1844-1888). Originaire du Maroc (Tanger). Avocat, commer�ant et journaliste, il v�cut � Mogador, en Angleterre et en France. Fondateur du second journal de Tanger et du premier journal de langue fran�aise au Maroc, Le R�veil du Maroc, correspondant des journaux juifs de Londres, The Jewish World et The Jewish Chronicle, il milita en faveur des Droits de l�homme et de ceux de la communaut� juive.

COHEN Joseph (1943-). Originaire du Maroc (El-Jadida), install� au Qu�bec (Montr�al). �diteur, il a publi� plusieurs ouvrages sur l�histoire et la soci�t� qu�b�coise et il est l�auteur d�une anthologie sur les Juifs de Debdou, inti-tul�e Une nouvelle S�ville en Afrique du Nord.

COHEN Maurice (1935-). Originaire du Maroc (Berkane), install� au Qu�bec (Montr�al). Premier s�pharade � �tre �lu au Qu�bec. Conseiller municipal � Ville Saint-Laurent, une rue de cette municipalit� porte son nom.

COHEN Ran (1937-). Originaire d�Irak, install� en Isra�l. Agriculteur et homme politique, membre du Meretz (gauche la�que), il est d�put� � la K�n�sset (Parlement).

COHEN-HADRIA Elie (1898-?). Originaire de Tunisie. M�decin, il fit une carri�re politique dans le mouvement socialiste en Tunisie.

COHEN-SCALI Albert (XXes.). Originaire d�Alg�rie (Oran), install� en France. Adminis-trateur, il est pr�sident-directeur g�n�ral de Rivoire et Carret.

COHEN-SOLAL Ha�m (XIXes.). Originaire d�Alg�rie. Avec son fr�re, Jacob Cohen-Solal, il fut l�un des premiers imprimeurs juifs du Maghreb. Ensemble, ils publi�rent la Haggadah de Pessah qu�on appellera plus tard la Haggadah d�Alger.

COHEN-TANNOUDJI Edmond (1900-1986). Originaire d�Alg�rie, install� en France. Exploitant de salles de cin�ma en Afrique du Nord puis directeur-fondateur des Films Marceau-Cocinor, il a particip� � plusieurs jurys de festivals. Dirigeant communautaire, pr�sident du Consistoire isra�lite de Paris, il a contribu� au d�veloppement du r�seau scolaire.

COHEN-TANNOUDJI Joshuah (XVIIIes.). Originaire de Tunisie. Ca�d et receveur des finances, il fit imprimer � Tunis le Zerah�Itshak (La descendance d�Isaac) du rabbin Itshak Lombroso.

COHEN Y�houdah (XVIIes.). Originaire d�Alg�rie. Dirigeant communautaire et diplomate, il participa � des n�gociations portant sur la paix et le commerce avec les Pays-Bas.

CONFINO Albert (1866-1958). Originaire de Bulgarie (Karnabat), install� en Iran puis en Alg�rie. Administrateur scolaire, il d�veloppa le r�seau des �coles de l�Alliance Isra�lite Universelle � Ispahan, Constantinople, Alger et T�touan.

CORCOS Abraham (XIXes.). Originaire du Maroc. Commer�ant international, agent de la Banque P�reire au Maroc et consul des �tats-Unis � Mogador, il fut l�un des organisateurs de la visite historique de Sir Mos�s Mont�fiore au Maroc et il accompagna son h�te � l�audience accord�e par le sultan � Marrakech.

CORCOS Ha�m (XIXes.). Originaire du Maroc. Commer�ant, financier et banquier des sultans du Maroc, il fut dirigeant de la communaut� de Marrakech.

CORCOS Ichoua (1832-1929). Originaire du Maroc. Fils de Ha�m Corcos. Dirigeant de la communaut� de Marrakech et conseiller du pacha de la ville et de plusieurs sultans, il se pronon�a en faveur de l�ouverture d�une �cole de l�Alliance Isra�lite Universelle, malgr� l�opposition de quelques rabbins.

CORCOS L�on (XIXes.). Originaire du Maroc (Mogador). Commer�ant, il contribua au d�veloppement du syst�me �ducatif de sa communaut� ainsi qu�� l�expansion de la ville d�Agadir.

CORCOS Ma�mon (?-1799?). Originaire du Maroc. Dirigeant communautaire, il fut l�un des fondateurs de la communaut� juive de Mogador.

CORCOS Stella (1857-1948). Originaire des �tats-Unis (New York). Elle fonda � Mogador une �cole priv�e de jeunes filles o� l�anglais �tait la premi�re langue. Elle lutta contre les influences protestantes dans la communaut� juive.

CORIAT Itshak (XIXes.). Originaire du Maroc (T�touan). Dirigeant communautaire de Mogador, il soutint sa ville natale lors de la guerre de 1860 entre le Maroc et l�Espagne.

CORONEL David Senior (1567?-1647). Originaire du Portugal de famille marrane, install� au Br�sil hollandais. Commer�ant et dirigeant de la communaut� juive, la Congr�ga-tion Tsour Isra�l le choisit comme tr�sorier des fonds de la Terre Sainte.

CR�MIEUX Adolphe (1796-1880). Originaire de France. Avocat, d�put�, ministre de la Justice et administra-teur du Consistoire central et membre fondateur de l�Allian-ce Isra�lite Univer-selle, il d�fendit les droits des minorit�s juives en Europe, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Il fit voter la loi qui faisait des Juifs alg�riens des citoyens fran�ais (D�cret-Cr�mieux).

CURIEL Henri (XXes.). Originaire d��gypte. Homme politique, il fut le cofondateur du Parti communiste �gyptien.

CURIEL Moch� (DA COSTA Geronimo Nu�es) (1620-1697). Originaire d�Italie (Florence), il grandit � Hambourg. Agent de la couronne portugaise en France, il d�veloppa le commerce avec le Portugal et ses colonies. Amateur d�art, il fut aussi dirigeant de la communaut� amstellodamoise.

Leaders – (D)

D�ALMEIDA Manoel Da Costa Ribeiro (XVIIIes.). Marrane d�origine portugaise, install� au Br�sil. Il fut arr�t� sous pr�texte d�avoir insult� un crucifix et fut condamn� � mort.

D�AZ�V�DO Abraham (XVIIes.). Originaire des Pays-Bas. Il fut repr�sentant des Juifs du Br�sil en Hollande. Les membres de la famille Az�v�do devinrent plus tard des diplomates n�erlandais importants.

DA COSTA ATIAS J. (XVIIIes.). Originaire des Pays-Bas. Homme politique, il fut le premier membre juif de l�Assembl�e nationale des Pays-Bas.

DA COSTA Isaac (XVIIes.). Originaire des Pays-Bas (Amsterdam). Dirigeant communautaire, il fut le fondateur de l�une des premi�res synagogues de Cura�ao � laquelle il fournit le premier S�f�r Torah.

DA COSTA Joseph (XVIIes.). Originaire du Portugal. Fr�re de Uriel Da Costa. Homme

d�affaires important en Nouvelle Amsterdam, il poss�dait des actions dans la Compagnie des Indes Occidentales.

DA COSTA Matheus (?-1653). Originaire du Portugal. Propri�taire d�une grande plantation � Bahia, il fut arr�t� par l�Inquisition et mourut dans un autodaf� � Lisbonne.

DA SILVA Duarte (1596-1688). Originaire du Portugal (Lisbonne). Marchand, il �tait proche de la Cour royale � qui il fournit des navires pour la conqu�te du Br�sil. Accus� de juda�ser, il fut arr�t� par l�Inquisition puis lib�r� � la suite d�une intervention de la Cour. Il immigra en Angleterre et travailla � am�liorer le sort des � Nouveaux Chr�tiens � rest�s au Portugal.

DA SILVA Gabriel (XVIIIes.). Originaire de France (Bordeaux). N�gociant, son r�seau commercial s��tendit de l�Europe aux Antilles.

DA SILVA SOLIS Fernando (Marquis de Monfort) (XVIIes.). Originaire du Portugal. Conseiller et tr�sorier g�n�ral de la reine Catherine, il fut rel�ch� par l�Inquisition. Install� en Angleterre puis aux Pays-Bas, il

contribua � la victoire des Espagnols lors du si�ge de Tr�ves et fut � cette occasion nomm� Marquis de Monfort.

DADIA Joseph (1938-). Originaire du Maroc (Marrakech), install� en France. Militant dans le mouvement �tudiant ODED � Paris, pr�sident fondateur de l�Association des originaires de Marrakech, r�dacteur du bulletin de liaison, il est l�auteur de Le souffle vesp�ral, sur la communaut� juive de Marrakech et de Regards sur l�Atlas, une brochure sur l�histoire de sa famille.

DADOUN Charles (1945-) Originaire du Maroc (Casablanca), a collabor� � titre de membre co-fondateur du journal de l�Association s�pharade francophone. Traducteur en titre et directeur du Service de traductions du Congr�s Juif Canadien. Il est l�auteur d�une communication intitul�e : �change de Traducteurs et de Terminologues sur la sc�ne nationale et internationale prononc�e aux Nations-unies et

publi�e par la State University de Postdam, New York. Il est l�auteur de la traduction en fran�ais de Anthologie Juive du Canada dont le lancement s�est tenu � Montr�al.

DAHAN Chimon (1900-?). Originaire de Palestine (Tib�riade). Avocat, il fut maire de Tib�riade.

DAHAN Ha�m (XXes.). Originaire du Maroc, install� en Isra�l. Administrateur et homme politique, il est d�put� du Tsomet (Parti nationaliste) � la K�n�sset (Parlement).

DAHAN Hanania (1915-). Originaire du Maroc (Sal�), install� en Isra�l. �ducateur, militant

sioniste travailliste, il fut l�un des fondateurs de l�Union des Originaires d�Afrique du Nord et

contribua � l�int�gration des nouveaux immigrants. �crivain et po�te, il a �dit� deux volumes de proverbes jud�o-marocains de m�me qu�une �tude sur les sources de la po�sie h�bra�que au Maroc.

DAHAN James (1933-). Originaire du Maroc (Sal�), install� au Qu�bec (Montr�al). Capitaine de r�serve dans l�arm�e fran�aise, dirigeant communautaire, commissaire g�n�ral des �claireurs Isra�lites du Maroc, il a occup� plusieurs fonctions communautaires avant de devenir directeur de la Communaut� S�pharade du Qu�bec.

DAHAN Nissim (1954-). Originaire du Maroc, install� en Isra�l. Homme politique, membre du Shas (Parti religieux s�pharade), il est d�put� � la K�n�sset (Parlement).

DAHAN Paul Psychoanalyst, communty activist, founder of the Jewish Moroccan Heritage Centre, which organizes exhibitions, conference and cultural events related to Jewish Moroccan culture as well as cultivates multiculturalism and inter – cultural tolerence. A description of Paul Dahan`s Jewish Moroccan Heritage Centre follows in French www.moroccan-judaism.org

Le Centre de la Culture Judéo-Marocaine (“CCJM”) à Bruxelles est le fruit d’un travail d’une vingtaine d’années tant au niveau de la collecte minutieuse et passionnée d’un patrimoine historique exceptionnel, qu’au point de vue d’une réflexion sans cesse approfondie et renouvelée au fil des expériences vécues par son fondateur Paul Dahan, psychanalyste.

Depuis 2002, le Centre organise des expositions et autres manifestations, en Belgique et en Europe, centrées sur l’expérience historique et culturelle des juifs du Maroc, laquelle s’est forgée durant deux mille ans dans un contexte particulier de multiculturalisme.

C’est ainsi qu’à l’occasion d’expositions ayant eu lieu ces dernières années à Bruxelles et à Amsterdam, des journées d’étude et des conférences sur la culture juive au Maroc et les relations entre juifs et musulmans ont attiré un vaste public venu de tous les horizons, y compris de nombreuses écoles.

Les répercussions de ces manifestations, entre autres dans les médias en Belgique et aux Pays-Bas, nous encouragent à intensifier de telles activités, que ce soit en coopération avec d’autres institutions ou de façon autonome.

Pour ce travail de sensibilisation, d’illustration et d’interprétation, le Centre dispose d’un musée, d’une bibliothèque et d’une photothèque.Un site Internet permet de visualiser la collection d’objets, les renseignements bibliographiques et les documents d’archives.

Un comité international de chercheurs et de personnalités épaule le développement du Centre.

La sensibilisation du public par le biais d’une expérience culturelle unique

Le Centre a pour vocation de sensibiliser différents publics à une expérience historico-culturelle particulière en favorisant la rencontre avec des oeuvres d’art, des vêtements, des bijoux, des objets de culte ou de la vie quotidienne, ainsi que des documents iconographiques et des documents d’archives concernant les différentes facettes des communautés juives du Maroc.

Cette culture originale est née d’un mélange entre ses spécificités et différentes influences (espagnoles, musulmanes et berbères) ; elle offre en conséquence une grande diversité.

Le Centre veut permettre, notamment aux jeunes issus de familles en provenance d’Afrique du Nord, de prendre connaissance des objets d’art et d’artisanat réunis au sein des collections et, à travers ceux-ci, des valeurs culturelles qui ont façonné la vie quotidienne et la vie artistique au Maroc.

Le choix des actions

Le Centre organise en Belgique et dans d’autres pays européens des expositions permanentes ou temporaires autour de l’art juif marocain, principalement sur la base de la collection Dahan-Hirsch. Il collabore avec d’autres institutions à l’organisation d’expositions et de festivals autour des  différentes cultures et mouvances culturelles nord-africaines.

Lors de ces expositions, le Centre organise des journées d’étude, des conférences, débats, concerts et autres manifestations culturelles sur les thématiques choisies illustrant le dialogue et l’enrichissement mutuel des cultures et communautés, ainsi que les différents aspects des rapports entre Juifs et Musulmans, problèmes de l’émigration, d’intégration et de citoyenneté.

Des visites guidées sont adaptées à l’intention des écoles ou autres groupes éducatifs ou culturels.

Une nouvelle étape : un espace spécifique

Le Centre crée à présent à Bruxelles un espace de réflexion, de rencontre et de dialogue sur les rapports, les interférences et les valeurs culturelles communes aux juifs et aux musulmans d’Afrique du Nord et d’ailleurs. Ces activités intellectuelles ont pour vocation de s’adresser à plusieurs publics.

Cet espace accueillera des expositions à partir de 2007. Il comprendra également une bibliothèque et une photothèque accessibles aux chercheurs.
Les objectifs et moyens actuels 

Le Centre a pour objectif principal de recueillir, de préserver et de diffuser la mémoire des différentes communautés juives du Maroc et du savoir sur la vie juive traditionnelle et son évolution aux XIXième et XXième siècles.

Le Centre gère la collection Dahan-Hirsch, l’une des plus importantes collections sur le judaïsme marocain au monde. Celle-ci comprend:

    • plus de 1.500 pièces (tableaux, costumes, bijoux, objets de culte, de la vie quotidienne, …) ;

    • une bibliothèque de plus de 8.000 ouvrages manuscrits et imprimés, en français, hébreu, judéo-arabe, anglais, espagnol…portant sur les différents aspects de la vie juive au Maroc et les rapports entre juifs et musulmans ;
    • un fonds d’archives d’environ 30.000 documents provenant des communautés juives du Maroc ;
    • un fonds d’environ 3.000 documents iconographiques comme des photographies, cartes postales et gravures ;
    • une collection de plus de 50 documents audio-visuels.

    Le Centre mène une réflexion suivie sur les implications et significations de la vie juive au Maroc. L’animation culturelle offerte s’appuiera sur différents moyens audio-visuels et numériques, ainsi que des présentations scientifiques et pédagogiques adaptées à différents publics selon leurs centres d’intérêts.

    Le Centre dispose d’un site internet interactif (www.judaisme-marocain.org) centré sur les objets et les documents de la collection et répondant de façon régulière aux demandes  de ceux qui s’intéressent aux activités du Centre de la Culture Judéo-Marocaine et à ses programmes de sensibilisation.

    Ce site est un lieu d’information, de formation, de dialogue et de débats entre les internautes et les membres de l’équipe de chercheurs et de personnalités du monde culturel juif et non-juif qui soutiennent le Centre dans sa démarche d’ouverture culturelle et intellectuelle.

    La création d’une association dénommée : le “Centre de la Culture Judéo-Marocaine”

    Le Centre s’est doté d’une structure lui permettant d’une part de rallier autour de ses actions tous les professionnels et autres personnes intéressées par cette démarche au service du dialogue interculturel, et d’autre part de rassembler de nouveaux moyens d’actions.

    Les membres du conseil d’administration sont Paul Dahan, président, Sandrine Hirsch, Chico Kebsi,  Ahmed Medhoune et Laurence Hassel.

    Le siège de l’association est établi 19, Place Vander Elst, 1180 Bruxelles, Belgique.

Copyright © Jewish

DANAN Benjamin (1923-). Originaire du Maroc (F�s), install� en France. Administrateur et dirigeant communautaire, il fut l�un des

fondateurs de l�Union pour la Promotion du Juda�sme Marocain en France et contribua � la cr�ation du Rassemblement Mondial du Juda�sme Marocain. Vice-pr�sident de la section fran�aise du Congr�s Juif Mondial, il a fond� l�Association pour la restauration de la synagogue Danan � F�s.

DANGOUR Na�m (1916-). Originaire d�Irak, install� en Angleterre. Dirigeant communautaire, il est le fondateur de la Fondation l�Exilarque et du journal international Le Scribe.

DANINO Chalom (XXes.). Originaire du Maroc, install� en Isra�l. Homme politique, il fut d�put� du Mafdal (Parti national religieux).

DANON Izakhar J. (XIXes.). Originaire de Bosnie (Sarajevo). Dirigeant communautaire, il fut l�un des fondateurs et pr�sident de la soci�t� La B�n�volencia dont l�objectif �tait d�aider la population juive pauvre de la ville.

DARMON Jacques (1940-). Originaire d�Alg�rie (Alger), install� en France. Administrateur, il est pr�sident-directeur g�n�ral de la Banque

d�investissements et de tr�sorerie. Il a aussi

publi� plusieurs ouvrages dont, entre autres, Le grand d�rangement et G�rer la France comme une entreprise.

DARMON Jean-Claude (XXes.). Originaire d�Alg�rie (Oran), install� en France. Publiciste.

DARMON Mardoch�e (XVIIIe-XIXes.). Originaire d�Alg�rie. Premier chef de la communaut�, agent commercial et diplomatique du Bey, il est

l�auteur d�un livre de commentaires bibliques et talmudiques.

DARMON Simon (XXes.). Originaire d�Alg�rie. �ducateur, il a publi� Le livre de nos coutumes, un ouvrage portant sur les pratiques religieuses des Juifs d�Alger.

DAVICHON BALLY Itshak (XIXes.). Originaire de Roumanie. Il v�cut � Ruse (Bulgarie) o� il enseigna le ladino. Sioniste, il anticipa l�id�ologie territorialiste de Wladimir Zeev Jabotinsky.

DAVICO Benko (XIXes.). Originaire de Serbie. Dirigeant communautaire, il fut l�un des fondateurs de la soci�t� Potpora de Belgrade qui offrait des bourses � des �tudiants d�sireux de poursuivre des �tudes universitaires.

DAVILA Otro Pedrarias (1440?-1531). Originaire d�Espagne. Gouverneur de Castille, il fut pers�cut� par l�Inquisition comme crypto-juif.

DAYAN �liahou (1949-). Originaire du Maroc (Marrakech), install� en Isra�l. Homme politique, il fut d�put� et maire d�Achkelon.

DAYAN Georges (?-1978). Originaire d�Alg�rie (Oran), install� en France. Conseiller d��tat et militant socialiste, il fut l�un des proches de Fran�ois Mitterand dont il influen�a les id�es sur l�identit� juive.

DAYAN Ha�m (1960). Originaire d�Isra�l (Migdal Ha�mek), de famille �gyptienne. Technicien, homme politique, membre du Tsomet (Parti nationaliste), il est d�put� � la K�n�sset (Parlement).

DAYAN Paule (1944-). Originaire d�Alg�rie (Oran), install�e en France. Avocate puis magistrat, elle fut Charg� de mission au Secr�tariat de la Pr�sidence de la R�publique.

DE AVILA Abraham (XIIIes.). Originaire d�Espagne. Pseudo-messie, il fut condamn� par les autorit�s religieuses de l��poque, dont le Grand rabbin de Barcelone, Ch�lomo Ben Ad�r�t. L��chec de sa proph�tie entra�na plusieurs Juifs � se convertir au christia-nisme.

DE AVILAR David (XVIIIes.). Originaire des Pays-Bas. Dirigeant de la ville de Paramaribo, la capitale du Surinam.

DE BARROS BASTRO Arturo Carlo (1887-1961). Marrane d�origine portugaise (Amarante). Militaire, il revint au juda�sme. Dirigeant communautaire, il fonda la com-munaut� isra�lite de Porto, la Y�chivah Roch Pina et une synagogue. Il �dita le p�riodique Halapid (Le flambeau) dont l�objectif �tait de faire conna�tre le juda�sme, le sionisme et de lutter contre l�antis�mitisme. Sous son influence, plusieurs regroupements juifs se form�rent � Porto et dans d�autres villes. Dans les ann�es trente, il fut calomni�, accus� puis d�grad� et exclu de l�arm�e.

DE BELMONTE Manuel (Itshak Nu�es Belmonte) (XVIIes.). Originaire d�Espagne. Agent du roi d�Espagne � Amsterdam, il fut l�un des dirigeants de la communaut� amstellodamoise.

DE CAC�RES Simon Jacob (?-1704). Originaire des Pays-Bas, install� en Angleterre. Commer�ant, il conseilla Cromwell lors de la conqu�te de la Jama�que et fut l�un des signa-taires d�une p�tition revendiquant la libert� de culte pour les Juifs anglais.

DE CAMONDO Abraham B�hor (1829-1889). Originaire de Turquie (Istanbul). Dirigeant communautaire et philanthrope, il travailla � moderniser les structures linguistiques et

professionnelles de la communaut� juive d’Istanbul.

DE CAMONDO Abraham Salomon (1785-1873). Originaire de Turquie (Istanbul). Banquier surnomm� le Rothschild de l�Est, dirigeant communautaire et philanthrope,

il cr�a l�Institution Camondo, une �cole

influenc�e par les principes occidentaux, ce qui provoqua des r�actions de la part des groupes qui refusaient la modernisation de l��ducation juive.

DE CAMONDO Isaac (1851-1911). Originaire de Turquie, install� en France. Banquier, amateur d�art r�put�, il laissa au Mus�e du Louvre toutes ses collections.

DE CAMONDO Mo�se (1860-1935). Originaire de Turquie, install� en France. Banquier, amateur d�art r�put�, il laissa � l��tat fran�ais toutes les collections expos�es dans son h�tel parti-culier.

DE CARVAJAL Y DE LA CUEVA Luis (dit le vieux) (1539?-1590?). Originaire du Portugal. Envoy� tr�s jeune aux �les du Cap-Vert puis au Mexique, il devint amiral. Vainqueur des flibustiers, il fut nomm� maire du port de Tampico. Colonisateur de plusieurs territoires indiens pour l�Espagne, il fut nomm� Gouverneur des nouveaux territoires et fonda le royaume du Nouveau-L�on qu�il peupla de familles marranes. Il fut arr�t� par l�Inquisition et mourut en prison.

DE CASTRO Itshak (?-1647). Originaire du Br�sil. Fr�re de Tartas David Ben Abraham De Castro. Accus� de reconvertir au juda�sme les � Nouveaux Chr�tiens �, il fut extrad� au Portugal pour �tre jug� par l�Inquisition et condamn� � l�autodaf� � Lisbonne.

DE CASTRO Tartas David ben Abraham (1625-1647). Originaire du Portugal. Fr�re de Itshak De Castro. Propri�taire d�une presse � Amsterdam, il imprima des livres en h�breu, en espagnol, en portugais et en yiddish. Son fr�re �tant mort sur le b�cher, il signa les livres h�bra�ques du titre de fr�re du martyre sacr� Itshak De Castro. Il est aussi l�imprimeur

de la Gazeta de Amsterdam (La gazette d�Amsterdam), le premier p�riodique publi� par des Juifs.

DE FONS�CA Alvaro (1652?-1742). Originaire d�Angleterre. Marchand, il fut dirigeant communautaire � Madras en Inde.

DE JOSEPH TEXEIRA DE MATTOS Yah�acov (XVIIIes.). Originaire des Pays-Bas (Amsterdam). Dirigeant communautaire, il fut administrateur des Y�chivot Jacob Pereira � H�bron et J�rusalem.

DE L�ON Edwin (1818-1891). Originaire des �tats-Unis (Columbia, Caroline du Sud). Diplomate et journaliste, il fut nomm� Consul g�n�ral des �tats-Unis en �gypte. Il est l�auteur de Thirty years of my life on three continents (Trente ans de ma vie sur trois continents); The Khedive�s Egypt (L��gypte du Kh�dive) et Under the Star and under the Crescent (Sous l��toile et le Croissant).

DE MESQUITA Benjamin Bueno (XVIIes.). Originaire des Pays-Bas. Membre d�une famille espagnole-portugaise bien connue � Amsterdam, il v�cut au Br�sil, o� il fut membre de la Congr�gation Tsour Isra�l de Recife. Il quitta le Br�sil pour aller en Martinique, mais se retrouva en Jama�que o� il devint planteur. Il s�installa aux Barbades et passa les derni�res ann�es de sa vie � New York.

DE MIRANDA Salomon Rodrigu�s (1878-1941.). Originaire des Pays-Bas (Amsterdam). Tailleur de diamants et homme politique, il fut �lu � l�Ex�cutif de l�Union des travailleurs de diamants hollandais. Conseiller municipal social-d�mocrate, il fut nomm� responsable du Service central d�approvisionnement alimentaire et des bains publics. Ministre de l�Habitation et des Travaux publics, il est l�auteur d�un ouvrage historique Amsterdam et sa population au XIXe si�cle. Il fut tortur� � mort dans le camp de concentration d�Amersfoot.

DE MORAL�S Di�go (XVIes.). Originaire d�Espagne. Fr�re de Gonzalo de Moral�s. Conquistador, il accompagna Hern�n Cort�s au Mexique. Accus� de juda�ser, il fut r�concili� par l�Inquisition et condamn� � l�exil en Espagne mais il n�y retourna pas.

DE MORAL�S Gonzalo (?-1525). Originaire d�Espagne. Fr�re de Diego de Moral�s. Conquistador, il accompagna Hern�n Cort�s au Mexique. Accus� de juda�ser, il fut ex�cut� lors du premier autodaf�, avec quatre de ses compagnons.

DE NESRY Carlos (XXes.). Originaire du Maroc (Tanger). Avocat, partisan de l�ind�pendance du Maroc � laquelle il tenta de rallier les Juifs marocains, �crivain, il est l�auteur des ouvrages Le Juif de Tanger et le Maroc et Les Isra�lites marocains � l�heure des choix.

DE OCA�A Di�go (XVIes.). Originaire d�Espagne. Conquistador et compagnon de Hern�n Cort�s, conqu�rant du Mexique, il fut accus� de juda�ser et oblig� de retourner en Espagne.

DE PESARO Aaron (?-1563). Originaire d�Italie. Commer�ant, banquier, bibliophile et �rudit, il est l�auteur d�un ouvrage de concordance des textes bibliques dans le Talmud.

DE PINTO Abraham (?-1668). Originaire d�Espagne. Dirigeant communautaire, il fut le fondateur, avec son fr�re David Emmanuel, d�une y�chivah � Rotterdam qui fut ensuite relocalis�e � Amsterdam.

DE PINTO David Emmanuel (XVIIes.). Originaire d�Espagne. Fondateur, avec son fr�re Abraham, d�une y�chivah � Rotterdam qui fut ensuite relocalis�e � Amsterdam.

DE PORTA B�n�viste (1268?-?). Originaire d�Espagne. Il occupa un poste administratif � la Cour du roi Jean Ier d�Aragon.

DE PORTELLA Mu�a (?-1286). Originaire d�Espagne. Administrateur en chef des revenus de l��tat.

DE SOLA Juan (Itshak) (1795-1860). Originaire de l�Am�rique du sud. G�n�ral d�arm�e et h�ros de la guerre de Lib�ration de l�Am�rique du Sud contre l�Espagne, il participa � la bataille de Carabobo et fit partie de la r�daction du Corr�o del Orinoco (Le courrier de l�Or�noque), journal des Patrio-tes. Il consacra le reste de sa vie au journa-lisme. Il se convertit au christianisme � la fin de sa vie.

DE SOUSAN Diego (?-1481). Originaire d�Espagne. Marchand et � Nouveau Chr�tien �, il s�opposa, avec d�autres concitoyens, � l�ins-tallation de l�Inquisition � S�ville. Tous furent condamn�s � l�autodaf� et br�l�s vifs.

DE TORR�S Luis (XVes.). Originaire d�Espagne. Interpr�te de Christophe Colomb lors de son premier voyage, il fut baptis� peu de temps avant le d�part de l�exp�dition. Install� � Cuba, il se cr�a un petit empire personnel li� � la colonisation de ce territoire.

DEL VALLE Eric Arthuro (XXes.). Originaire du Panama. Homme politique, il fut le deuxi�me pr�sident juif du Panama, apr�s son oncle, Max Del Valle.

DEL VALLE Max (XXes.). Originaire du Panama. Homme politique, il fut le premier pr�sident juif du Panama de 1964 � 1968.

DELMAR Jacques (XXes.). Originaire du Maroc, install� au Br�sil apr�s un passage � Montr�al (Qu�bec). Homme d�affaires, dirigeant communautaire, il fut pr�sident de la Communaut� S�pharade du Qu�bec, de 1976 � 1977.

DELMAR Massoud (XVIIIes.). Originaire du Maroc. Diplomate, il n�gocia des trait�s avec la Hollande puis avec l�Angleterre.

DELMAR Mord�kha� (XVIIIes.). Originaire du Maroc. M�diateur, il fut charg� de racheter les esclaves chr�tiens par les autorit�s europ�ennes.

DEMAYO Chim�on (?-1944). Originaire de Mac�doine (Bitola). Organisateur des gr�ves contre l�occupant bulgare, il se joignit aux partisans et mourut au combat.

DEMAYO Marsel (XXes.). Originaire de Mac�doine (Bitola). Il participa � la R�sistance contre l�occupation bulgare.

DERHY Ren� (XXes.). Originaire du Maroc (El Jadida), install� � Paris. Designer de mode r�put�, ses collections sont connues internationalement.

D�RI Andr� (1937-). Originaire du Maroc (Mekn�s), install� en France. Pharmacien, vice-pr�sident de l�Association nationale

des pharmaciens juifs de France, dirigeant communautaire, il contribua � la fondation du Centre Rambam et occupa plusieurs

fonctions dans les institutions communautaires.

D�RY William (XXes.). Originaire du Maroc (Rabat), install� au Qu�bec (Montr�al). Chirurgien-dentiste et dirigeant communautaire, il fut pr�sident de la Communaut� S�pharade du Qu�bec de 1980 � 1983.

DINITS Alvaro (DENIS Albertus) (XVIIes.). Originaire du Portugal. Directeur de la Monnaie au Danemark, le premier pays scandinave � accorder aux Juifs une autorisation de r�sidence, il demanda et obtint du roi Christian IV l�envoi d�une ambassade aupr�s des communaut�s s�pharades d�Amsterdam et de Hambourg pour les inviter � s�installer � Gl�ckstadt.

DINITS Ch�mou�l (XIXes.). Originaire du Br�sil. Il fut nomm� baron par le roi du Portugal pour sa contribution au d�veloppement du pays.

DORMIDO Ch�lomo (XVIIes.). Originaire d�Espagne. N�gociant, il fut le premier Juif autoris� � devenir courtier en Angleterre sous Cromwell.

DORMIDO David Abravanel (XVIIIes.). Originaire d�Espagne de famille marrane. Il v�cut en France puis en Hollande. Il accompagna M�nasseh Ben Isra�l en 1654, afin de demander � Cromwell de permettre aux Juifs de s�installer en Angleterre.

DUARTE Gaspar (1582-1653). Originaire

de Belgique (Anvers) de famille marrane. Commer�ant, il fut un collectionneur d�art r�put�.

Leaders – (E)

�D�RY Rapha�l (1937-). Originaire du Maroc (Casablanca), install� en Isra�l. Directeur de compagnie et homme politique, membre du Parti travailliste, il est d�put� � la K�n�sset (Parlement). Il est pr�sident du Conseil local de Hatsor Hagalilit.

EFFENDI Daud (XIXes.). Originaire de Turquie. Diplomate, il fut assistant du ministre des Affaires �trang�res de l�Empire ottoman.

�LALOUF Edmond (XXes.). Originaire du Maroc (F�s), install� en France. �ducateur et dirigeant communautaire, fondateur et dirigeant du D�partement �ducatif de la jeunesse juive (DEJJ) au Maroc, il occupa des fonctions importantes au Fonds Social Juif Unifi� et il est le directeur du Centre Communautaire Juif de Paris.

�LALOUF �lie (1937-). Originaire du Maroc (Mekn�s), install� en Isra�l. Haut-fonctionnaire et militant du groupe ODED, il occupa plusieurs fonctions importantes dans les institutions

isra�liennes dont le D�partement des communaut�s s�pharades de l�Organisation Sioniste Mondiale et le Projet Renouveau. Il fut nomm� Chef de cabinet de Ygal Yadin, ministre des Affaires sociales en 1977. Il fut par la suite conseiller municipal de la ville de Be�r Ch�va.

�LALOUF Jules (1928-1982). Originaire du Maroc, install� au Qu�bec (Montr�al). Dirigeant communautaire, il fut pr�sident de l�Association s�pharade francophone de 1974 � 1975 et l�un des fondateurs du Centre communautaire juif.�

�LALOUF Yossef Amram (1908-1949). Originaire du Maroc. Commer�ant de F�s, philanthrope et pr�sident de l�Association de charit� H��zrat Dalim, il fut le fondateur avec son p�re Y�houdah �lalouf d�une synagogue portant le nom de la famille. Il fut membre de la d�l�gation du Maroc � l�Exposition universelle de Chicago en 1933.

ELBAZ Edmond (1942-). Originaire du Maroc (Safi), install� au Qu�bec (Montr�al). Administra-teur scolaire, conseiller p�dagogique � l�Association des �coles juives de Montr�al, il a �t� membre de la Commission consultative du minist�re de l��ducation du Qu�bec. D�l�gu� p�dagogique de l�Alliance Isra�lite Universelleau Canada, il a �t� associ� en tant qu�observateur de l�A.I.U. pour la condition des Droits de l�homme aupr�s des Nations-unies.

ELBAZ Henri (1950-). Originaire du Maroc (Safi), install� au Qu�bec (Montr�al). Directeur de l�H�pital g�n�ral juif de Montr�al et dirigeant communautaire, il fut pr�sident de la Communaut� S�pharade du Qu�bec de 1983 � 1985.

ELBAZ Nathan (XXes.). Originaire du Maroc (Sefrou), install� en Isra�l. Lors d�un entra�nement militaire, il se jeta sur une grenade d�goupill�e pour prot�ger ses camarades. Cit� � l�Ordre du M�rite, un po�me du grand po�te isra�lien Nathan Alterman lui a �t� consacr�.

ELDAN Itshak (1943-). Originaire du Maroc (Casablanca), install� � Casablanca. Diplomate, il occupa plusieurs postes de consul, d�ambas-sadeur et de ministre pl�nipotentiaire.

ELGHRABLI Mord�kha� (XXes.). Originaire du Maroc (Mekn�s), install� en Isra�l. Homme d�affaires et industriel, ancien militant du groupe ODED, il travailla au minist�re de l��ducation. Il participa � la cr�ation du Parti d�mocratique pour le changement et fut �lu � la K�n�sset (Parlement). Par la suite, il tenta, sans succ�s, de cr�er une liste commune avec l�un des dirigeants des Panth�res Noires, Saadia Marciano.

ELIAS Abraham M. (XIXes.). Originaire d�Autriche (Vienne). Dirigeant communautaire, il contribua � r�organiser les institutions communautaires de la ville.

ELMALEH Amram (XVIIIe-XIXes.). Originaire du Maroc. Consul, il repr�senta � Mogador le royau-me napolitain des deux Siciles.

ELMEKIESS Baroukh (XXes.). Originaire du Maroc, install� en Isra�l. Homme politique et maire d�Ofakim.

�LUL Rapha�l (1957-). Originaire du Maroc, install� en Isra�l. Administrateur public et homme politique, membre du Parti travailliste, il est d�put� � la K�n�sset (Parlement).

ELYACHAR Eliahou (1898-?). Originaire de Palestine. Dirigeant communautaire, il fut pr�sident du Conseil communautaire de J�rusalem et membre de la deuxi�me K�n�sset (Parlement).

�REZ Yah�acov (XXes.). Originaire du Maroc (F�s), install� en Isra�l. Homme politique et maire de la ville de Omer.

ESS�MINI Mardoch�e (XIXe-XXes.). Originaire du Maroc (Marrakech). Grand n�gociant, il fut l�un des dirigeants communautaires de la ville de Marrakech.

�ZRA Gid�on (1937-). Originaire d�Isra�l (J�rusalem), de famille syrienne. Directeur de compagnie et homme politique, membre du Likoud (Parti nationaliste), il est d�put� � la K�n�sset (Parlement).

Leaders – (F)

FARHI Ha�m (XVIIIes.). Originaire de Syrie. Ministre des Finances du gouverneur de Palestine puis de ses successeurs, il joua un r�le important dans la R�sistance contre les troupes napol�oniennes. Il fut ex�cut� par l�un des pachas et ses biens furent confisqu�s.

FOA Raimondo (1877-1940). Originaire d�Italie. Lieutenant g�n�ral dans l�arm�e italienne, il combattit pendant la Premi�re Guerre mondiale.

FRANCIA Abraham (XVIIIes.). Originaire du Portugal. Commer�ant � Bordeaux, il entretint des relations commerciales avec Saint-Domingue.

FRANCO Ch�mou�l (XVes.). Originaire d�Espagne, install� � Salonique � la suite de l�Expulsion des Juifs d�Espagne. Il fonda avec Don Y�houdah Benveniste la communaut� s�pharade de cette ville.

FRANCO Hizkia (XIXe-XXes.). Originaire de Rhodes. Secr�taire de la communaut� juive de Rhodes et journaliste, il sollicita l�aide de l�Alliance Isra�lite Universelle en faveur de la communaut� de cette �le, soumise en 1938 � une l�gislation anti-juive.

FRANCO RODRIGUEZ Luis (XVIIes.). Originaire du Portugal. � Nouveau Chr�tien �, il fut, avec Pedro Lop�z, le premier juda�sant poursuivi par l�Inquisition de Carthag�ne en Colombie.

FRANCO S�ma (XXes.). Originaire de Rhodes. Dirigeant communautaire, il fut le fondateur, avec d�autres membres de cette �le, d�une communaut� juive au Congo.

FURTADO Abraham (1756-1817). Originaire de France (Bordeaux). Dirigeant communautaire, d�put� de Bordeaux et repr�sentant de la Commission Malesherbes, il pr�-senta, en collaboration avec Lop�s-Dubec, un m�moire sur la condition des Juifs en France et le genre de constitution que ces derniers souhaitaient. Repr�sentant des Juifs portugais de Bordeaux � l�Assembl�e du Tiers-�tat, il fut l�un des 90 �lecteurs de la municipalit� de Bordeaux aux �tats g�n�raux. Fondateur avec d�autres s�pharades de la Soci�t� des amis de la Constitution, il s�engagea � soutenir les d�cisions de l�Assembl�e nationale et de la Constitution. Fonctionnaire municipal au Conseil g�n�ral de la commune de Bordeaux, il devint le pr�sident de l�Assembl�e juive de notables convoqu�e par Napol�on et secr�taire du Sanh�drin de Paris. Il est l�auteur d�un ouvrage historique, M�moire d�Abraham Furtado, sur l��tat des Juifs en France jusqu�� la R�volution.

FURTADO Salomon (jeune) (XVIIIes.). Originaire de France (Bordeaux). Homme politique, il fut l�un des d�put�s �lus � l�Assembl�e des trois ordres.